DERNIÈRES NOUVELLES DU FRONT

   
Pour celles et ceux que mes ouvrages intéresseraient, une seule et unique SOLUTION désormais : passer directement par moi soit par courriel soit par la voie postale ou venir me rencontrer au cours d'une des manifestations répertoriées dans la rubrique Agenda

     Mon roman "PORTE-MOI" a obtenu le Prix Alterpublishing du roman 2014. Pas le Goncourt... c'est entendu ! Mais assez gratifiant pour me combler d'aise et m'encourager à continuer. Ce prix obtenu pour un roman vient en complément de ceux déjà récoltés avec un certain nombre de nouvelles sur le plan national... et international. Ces récompenses offertes par mes pairs et par des professionnels me confortent dans l'idée que mes écrits peuvent séduire une belle palette de lecteurs... pour peu que nos routes parviennent à se croiser.


Prixalterpublishing fr

            

     

                     Du côté des romans

 

                                                         Bat couv page 001   

       

                              Porte-moi

      

     Une mare et des grenouilles. Quoi de plus tentant pour un enfant de douze ans que ses parents ont laissé seul le temps d'une matinée ?  Rien, si ce n'est le regret que tout ce qui va survenir en raison de cette désobéissance ne puisse être annihilé. Ce battement d'ailes de papillon va générer toute une série d'évènements et la remise en cause de vérités qui paraissaient immuables.

     Bertrand, sur le fil du rasoir de cette tourmente sentimentale, va devoir composer avec toutes les femmes qui l'entourent… mais avant tout avec lui-même !  Le destin changera tour à tour la donne des cartes. Simple reflet de la vie ordinaire où à trop se pencher sur soi on risque de tomber.

         Un roman d'amour. Mais d'un amour dramatique. Tenter de montrer jusqu'à quel sacrifice on est prêt lorsque l'on aime réellement quelqu'un.

Prix de vente : 15 euros

                                                                 Bat couv la derniere aube 2017 page 001    

 

                                                                          La dernière aube

 

     Qui n'a pas rêvé un jour de refaire sa vie ? Il n'est pas question ici de changer de pays, de travail… de compagne ou de compagnon. Non ! Ces possibilités-là, l'existence les offre… de plus ou moins bon cœur. Elle peine en revanche à faire don de séances de rattrapage pour les meurtrissures de l'âme. Ces petits – ou grands – accrocs dans la ligne de conduite que l'on se fixe. Guillaume, lui va connaître cet insigne honneur… de manière tout à fait surprenante… et sans doute à contrecœur.

      Surfant sur la vague des années 80 à 90, le récit, d'un réalisme poignant et mené comme une enquête par une suite de témoignages, guidera le lecteur jusqu'au coup de théâtre final.  Jusqu'à cette vérité à laquelle chacun pourra adhérer… ou la dénier au gré de ses convictions.

       Un roman axé sur le sentiment mais ouvert sur une question essentielle. Au lecteur de répondre...

Prix de vente : 15 euros

                                                    

Pi couv decrochez la lune 2016 1 page 2

                   

                                 Décrochez la Lune... !

 

Brigitte se faisait une joie d'aller à Lyon assister au concert de Mister U.

Sans doute aurait-elle tempéré sa joie si elle avait su toute la série d'évènements qu'allait déclencher son cadeau de départ à la retraite.

Quand rien ne passe comme prévu…

  Un roman particulier. Début, milieu, fin. Jusque-là rien que de très normal. Mais à intervalles irréguliers une anecdote consacrée à chacun des personnages vient modifier le regard du lecteur sur celui-ci. De fait, toute la trame du roman est à chaque fois visitée.

Prix de vente : 15 euros

                                                 Bat couv l arenicole 2017 page 001

                                L'Arénicole

      Une maison de famille, une grand-mère farfelue, un grand-père dont on est sans nouvelles depuis très longtemps… et un testament surprenant. Celui-ci va contraindre deux membres de la famille à accomplir un périple éprouvant à travers l'Europe. De la Bretagne à l'Ukraine, ils remonteront un passé dont ils ignorent encore vers où ils les mène.

      D'étape en étape, tout au long du trajet émaillé par les directives épistolaires d'une grand-mère prévoyante, Nicole et Benjamin vont apprendre à mieux se connaître, partagés entre le plaisir d'être ensemble et les affres liées au sens de leur démarche. D'innombrables péripéties les guettent au cours de leur longue avancée vers une vérité que leur grand-mère souhaitait leur révéler. A eux et à eux seuls.

    Une belle histoire d'amour entre une grand-mère et son petit-fils. Une transmission inter générationnelle. Un roman au cours duquel les surprises ne manquent pas.

Prix de vente : 15 euros

                                              Pi couv pere du traits noir page 001            

                                        

Père dû

 

1977… À douze ans et quelques mois, Christophe pourrait être un enfant insouciant et heureux s'il n'était miné par une douloureuse interrogation.

Questionnement à tiroirs multiples. Qui est son père ? Où vit-il ? Que lui reproche-t-on… ?

Sa mère l'élève seule. Elle se refuse à aborder le sujet. Idem pour la grand-mère de Christophe… et tous les voisins auprès desquels il s'est renseigné.

Sans doute rongerait-il son frein si ne survenait un événement… somme toute banal. Mais un de ces battements d'aile de papillon susceptibles de déclencher les pires des tempêtes.

Mentant aux uns et aux autres, Christophe va se lancer sur la piste de son père.

Seul. Bien décidé à affronter la vérité.

Quelle qu'elle soit ! 

                    Prix de vente : 12 euros

                                                 Pi couv la valse lente des corps page 001     

                                        

                                             La valse lente des corps

 

   Un voyage initiatique entre un père et son fils après une série d'événements tragiques. Une confluence aussi de personnages issus d'horizons très différents. Un road-movie à un moment maritime. Le but étant que le lecteur soutienne le père dans sa démarche bien qu'il se soit pour cela mis hors-la-loi.

                     Prix de vente : 16 euros

                                                                           Les jours à suivre

Evolution

 

Corentin avait connu un début de vie pour le moins calamiteux. Disons pour faire simple que sa survie avait tenu du miracle… et de l’amour secret d’un homme pour sa boulangère.

Par chance, sa route cahotique avait croisé celle d’Anaëlle et Michel. Dans cette famille d’accueil, Corentin avait bâti sa jeune vie sur un rêve original : devenir Compagnon du Devoir. Deux mots pour lui synonymes d’une vie en partage et d’une existence au service de ce que sa naissance lui avait refusé.

Une route cahoteuse à suivre, remplie d’embûches. Surtout quand le destin jouait les fauteurs de troubles et qu’une question fondamentale revenait régulièrement hanter son esprit : Qui était-il ?

Prix de vente : 16 euros

                                                   Si je me souviens bien

Couv si je me 1

 

L’enterrement d’une tante âgée, quoi de plus banal. Sauf… sauf si en voulant procéder à une réduction des corps, on s’aperçoit que la chose va s’avérer beaucoup plus compliquée que prévue. Un grain de sable vient gripper la machine. Et quel grain de sable !

Cet événement inattendu fait remonter à la surface de nombreuses interrogations que le temps avait laissées dans l’oubli. Ces questions remettent en doute la probité d’une famille, sa structure même.

François – Fanch’ pour les intimes de sa vie de marin-pêcheur breton – va se retrouver volontaire désigné d’office pour mener l’enquête. Il ne sera pas seul dans sa démarche. Deux membres de sa famille l’accompagnent… plus quelques fantômes dont la présence l’amènera à se pencher sur son passé, son présent… et son futur.

Ce roman constitue une suite pour l'Arénicole, écrit il y a une dizaine d'années. Les deux ouvrages peuvent néanmoins se lire séparément.

Prix de vente : 16 euros

 

 

                        Du côté du policier

 

 

                                                         Pi couv couper les ponts 2016 page 2

                                                                  

                           

                             Couper les ponts

 

Max avait tout prévu. Tout… à un bémol près.

La juteuse croisière nocturne devait se dérouler dans les meilleures conditions. Il était sûr de son équipage. La météo s'annonçait favorable. La pêche ne pouvait qu'être bonne. Exceptionnelle pour tout dire.

Les flics en resteraient babas !

Il avait juste oublié qu'à Sète rien ne se passe comme ailleurs. C'était pourtant pour cette même raison qu'il avait élu la ville pour théâtre des réjouissances.

Hélas, si chacun des comédiens s'était évertué à bien jouer son rôle, l'un d'entre eux avait mal appris son texte.  Ce tout petit grain de sable allait vite prendre en grippe tous les jolis rouages sortis de l'imagination machiavélique de Max.

 

   Un roman policier se déroulant à Sète... mais qui ne pourrait pas se dérouler ailleurs. L'île singulière décrite pas Paul Valéry y tient un rôle à part entière.

Prix de vente : 15 euros

 

 

 

                                              Bat couv l ancre rouge page 001

                             À l'ancre rouge

 

     La concorde avait régné sur le trentième Salon du Livre de Frontignan. Chacun était en droit de se réjouir. Le bonheur ne s'éternisa pourtant pas. Il s'enfuit même en toute hâte dès le premier assassinat.

Premier ? Oui… D'autres allaient suivre. Selon une étrange logique. Comme si quelqu'un s'attachait à remonter le fil du temps à sa manière.

Petit Poucet sanglant aux impénétrables desseins.

Les enquêteurs de la Crim' n'étaient pas à la fête. Domenica Suarès, la belle franco-brésilienne, en tête.

La samba virait à la danse macabre.

 

   Un polar dans le milieu littéraire. Une bonne manière d'éliminer la concurrence. Pourquoi pas... ?

 

Prix de vente : 15 euros

 

 

 

                                                   Bat couv le petit bois des mouriaux page 001

 

                       Le petit bois des Mouriaux

 

Roujon-sur-Hérault, un gros village des hauts cantons héraultais, semble être un bourg très tranquille.

Pour ne pas dire somnolent.

Mais les apparences sont quelques fois trompeuses !

Paul y vient, pour la dernière fois de sa vie pense-t-il, attiré par la nostalgie. Par hasard, il va être témoin d'une scène dont il ne saura dans l'immédiat mesurer toute la portée.

Comment le pourrait-il au demeurant ?

Un à un, tous les personnages de ce roman vont prendre leur place, solistes prêts à jouer les mesures de leur partition. La symphonie attendue ne sera pas au rendez-vous, altérée par toute une série de couacs.

Le lecteur saura-t-il démêler le vrai du faux. ? Devinera-t-il toutes les turpitudes qui se trament derrière de tranquilles apparences ? Une seule chose est sûre : de tous les personnages, peu s'en sortiront indemnes !

 

   Un roman policier destiné aux plus jeunes ou à ceux moins coutumiers de ce genre de lecture. Les bons sentiments y ont la part belle.

 

Prix de vente : 13 euros

         

                                                               Pi couv en d autres thermes fonce page 001   

 

                               En d'autres thermes

 

Un producteur de télévision… Un ancien flic devenu enquêteur privé… Une artiste de cirque… De sages jeunes femmes employées aux thermes de Balaruc…

Aucun lien a priori entre toutes ces personnes. Jusqu'au moment où ces mêmes jeunes femmes se mettent à disparaître les unes après les autres. Sans parler de ces colis au contenu étrange parvenant dans les locaux du SRPJ de Montpellier.

On a souvent l'impression de bien connaître ceux qui nous sont proches. Cette certitude battra en brèche après la lecture de cet ouvrage. 

Bien malin qui saura démêler le vrai du faux…

 

 

              Prix de vente : 16 euros

                                                                      Bat couv annee des poissons page 001   

 

                 L'année des poissons aux treize lunes

 

   Un polar dans l'univers de l'Histoire. Un jeune couple se rend acquéreur d'une maison au centre-ville d'Agde. Voulant changer le parquet très usé, il découvre un manuscrit abandonné là par le premier propriétaire de la maison. À la lecture, ils découvrent que ledit manuscrit relate une série de meurtres commis sous la Révolution Française. Assez étrangement, ils s'aperçoivent d'une certaine résonnance entre ce qu'ils lisent et leur propre vie, comme si c'était la maison qui les avait choisis et non l'inverse.

 

               Prix de vente : 16 euros

       

                                                  Pi couv lachez chiens page 001

                                                     Lâchez les chiens !

 

 

Une sortie scolaire. Quoi de plus banal ? Sauf lorsque l’un des enfants ne remonte pas dans le bus avec ses petits camarades. On le pense égaré. On envisage une fugue du bout des lèvres.

La chose s’avère autrement plus complexe lorsque malinois et berger allemand des maîtres-chiens de la police perdent la trace de l’enfant au milieu de la forêt.

Sa trace… et celle de celui qui visiblement l’accompagnait.

L’affaire se complique encore quand on apprend qu’une tension certaine régnait entre les parents de l’enfant. La Brigade Criminelle se met en chasse sous la personne d’un binôme des plus anachroniques. À ce point atypique que leurs collègues les ont surnommés la Belle et la Bête.

 

 

                                                          Gohier tout hasard est un rendez vous couv 19 mm page 001                                                     

               Tout hasard est un rendez-vous

 

      

      La mer, ce matin-là, avait rejeté toutes sortes de choses, comme souvent lorsque le vent reste longtemps orienté au sud et que joue la musique de la houle.

 Des  millions et des millions de cadavres… plus un !

          De quoi troubler Laurent Gamelin, un marin-pêcheur atypique, revendiquant haut et fort son statut hors normes. Quarante ans plus tôt, il avait connu une certaine heure de gloire grâce à la publication d'un ouvrage relatant un exploit marin de jeunesse.

    Il ignorait pourtant, ce matin-là, en la voyant venir sur le ponton, que le passé revenait frapper à la porte.

Gohier cris pour ces ames couv 19 mm page 001

 

Les cris pour ces âmes

 

La saison touristique s’achevait sur le littoral héraultais. Pour le coup, cela tombait bien ! Car on découvrait de curieuses choses en mer. Des corps. Décapités ! Et la série se poursuivait à terre. De quoi mettre en tension la Brigade Criminelle.

D’autant qu’il ne s’agissait pas de morts banals. Les victimes étaient tous d’anciens membres d’un gang ayant sévi dans la région vingt ans plus tôt.

Vengeance tardive ? Nul ne pouvait le dire…

La Police Technique et Scientifique apportait son précieux concours. Mais l’enquête montait d’autant plus en tension qu’un vieil antagonisme opposait deux des enquêteurs. Les chiens étaient lâchés.

Qui pourrait les retenir ?

Une seule lettre vous manque...

Fleur photo couverture une seule lettre

Ludovic Guérin, capitaine de police à la PTS du SRPJ de Montpellier avait cru bien faire en se dévouant pour se rendre à la morgue. Des corps à identifier, il en avait vu défiler quelques-uns au cours de sa carrière. Il ignorait que cette louable démarche allait réveiller ses vieux démons… à peine assoupis. La morte, une jeune Lituanienne d’une éblouissante beauté, ne présentait aucun signe létal. Du moins en apparence.

Parce qu’en y regardant de plus près…

Pour compliquer un peu plus les choses, elle appartenait à une toute petite caste au monde.

Seulement une cinquantaine de personnes.

Découvrir l’affolante raison pour laquelle on l’avait tuée ne serait pas chose facile…

 

Prix de vente : 16 euros

 

 

 

                                                                                                                              OMMISSIONS

 

Dessin pour omissions 1 couverture

 

 

S’il avait su la galère dans laquelle le conduirait une simple démarche motivée par la curiosité… mais pas que, Antoine Rivoire ne se serait pas rendu à l’expo de peinture d’Elvire Caulerpa. Comment cependant demeurer sourd à l’appel du passé, aux sirènes de la jeunesse enfuie ? Surtout lorsque l’on songe qu’au grand cahier de l’existence il reste peut-être quelques belles pages à noiricir.

Et pour s’en noircir, il allait s’en noircir quelques-unes !

Des personnalités politiques de premier plan en feraient les frais. Antoine Rivoire menait l’enquête. Pas seul. Quoiqu’à bien y regarder… Les trajectoires croisées entre ses investigations et sa propre vie l’amèneraient au bord de l’abîme. Aurait-il la force de résister au vertige ?

 

Prix de vente : 16 euros

 

 

Éric GOHIER

On achève bien les pouletsDsc02628

Thriller

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Si la littérature avait été sa passion, c’est cette réflexion que se serait fait Albin en constatant la disparition de son capitaine de police. Un détail en particulier n’incitait pas à l’optimisme : une large tache de sang répandue dans l’entrée. Point de depart inquiétant d’une enquête au cours de laquelle vraies pistes et faux-semblants allaient jeter le trouble au sein de l’équipe de la Brigade Criminelle lancée à la recherche de son chef de groupe.

Quel événement du passé avait déclenché cette colère ?

C’est ce que tous les membres de la brigade allaient tenter de découvrir. Inutile de dire qu’ils ne devraient pas plaindre leur peine. Quelques surprises veillaient sur la route de la vérité.

Ce vingt-et-unième roman aborde un sujet grave. Quelques affaires ont récemment révélé tous les dangers encourus à fréquenter ceux nantis de pouvoir. Avant tout si ceux qui le détiennent en abusent pour servir leurs noirs desseins. Les souffrances vécues par les âmes tracassées des victimes sont ici abordées avec toute la compassion de l’auteur, sans verser dans le pathos. Il offre ainsi une piste de réflexion sur un sujet brûlant dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est longtemps demeuré sous le pesant éteignoir de l’immoralité.     

   

                                                                                             ISBN : 0791092075175

                                         

Prix de vente : 16 euros

 

 

                    Du côté des nouvelles

 

 

                                                        Pi couv des primees vol 1 page 001

 

   Des primées... mais plutôt fier de l'avoir été  Vol 1,2,3, 4, 5 et 6

 

Dans un monde parfait, personne ne perdrait son identité, chacun prendrait le temps de parler avec l'autre et les parallèles finiraient par se croiser.

Ces douze nouvelles, florilège des textes ayant obtenu le 1er Prix dans différents concours, tant en France qu'à l'étranger ne pourraient survivre dans un tel univers.

Chaque histoire est un voyage, plus ou moins long, dont on ne sort jamais indemne. Chaque récit est avant tout une exploration au cœur de l'âme humaine.

Vaste programme... !

À force de participer aux concours de nouvelles, j'ai connu la chance d'être de nombreuses fois primé.Suffisamment pour concocter ces trois recueils dont les textes ont pour trait commun d'avoir plu aux lecteurs des différents jurys.

Prix de vente : 15 euros

         Bat couv amours retrouvees page 001           Couverture les amours perdues page 001                                                  

          Les amours perdues & Les amours retrouvées

Une de perdue… dix de retrouvées…

Les mathématiques populaires ne s'embarrassent pas de fioritures pour résoudre les équations du cœur. Il serait appréciable que cela soit aussi simple dans la vraie vie.

Mais rien ne vient sans peine… de cœur !

  Deux recueils de nouvelles complémentaires. Il y a tant à dire sur l'amour !

Prix de vente : 15 euros

  

                                                      Bat couv l amer sans arret page 2

                  L'amer sans arrêt roulait ses galets

J'ai longtemps hésité pour le titre. Galets ou gars laids ? Au final, j'ai opté pour la première solution car dans ces seize récits qui possèdent tous la mer pour cadre commun la turpitude ne constitue pas un apanage essentiellement masculin.

Au gré des vents, au hasard des courants, le lecteur découvrira la face cachée de certaines choses, quelques vérités sur un domaine dont on en ignore bien plus que l'on en sait… un peu comme la nature humaine.

Avant tout cependant, il accompagnera quelques femmes et quelques hommes arpentant la route de leur destin. Un devenir conté sur un ton tour à tour drôle, dramatique, cruel, joyeux, critique, compatissant…

N'hésitez pas, embarquez… on finit toujours par rentrer à quai !

 

    J'ai été marin-pêcheur durant 20 ans. Cela laisse des traces. VDH, le grand navigateur a eu la gentillesse de me préfacer l'ouvrage.

Prix de vente : 15 euros

                                                                   Couverture la biche et les grands cerfs page 2

 

       La biche et les grands cerfs et autres démêlés policiers

    Rien ne prédisposait Cassandre à user ses  escarpins en rase campagne. Mais comment aurait-elle pu deviner que tant d'hommes, sans le vouloir,  se soient ligués pour lui pourrir l'existence ?              

Cette longue nouvelle constitue la colonne vertébrale du dernier recueil  de l'auteur de Couper les ponts. Pour l'occasion, celui-ci fait une intrusion très remarquée dans le domaine de l'humour.

Huit autres récits accompagnent ce texte. Leurs héros sont détectives privés, gendarmes ou policiers. Tous sont en quête de vérité.

Le lecteur est chaleureusement invité à les suivre dans leurs traques. Peut-être se montrera-t-il assez perspicace pour découvrir avant eux le nœud de l'intrigue ! Qui sait ?

Un recueil de nouvelles policières.

Prix de vente : 15 euros

                                                          Bat couv peches capitaux page 2

                                                                   Les péchés capitaux

            

On a tous entendu parler des péchés véniels et des péchés mortels. Plus rares cependant seraient ceux capables de citer les sept péchés capitaux. Ceux que l’on prétend à l’origine de tous les autres. Ne boudons pas notre plaisir et découvrons-les ensemble.

L’Orgueil, l’Avarice, la Luxure, l’Envie, la Gourmandise, la Colère et l’Acédie. Nul doute que le dernier péché cité interpelle.

Disons qu’on le réduit en général à la Paresse. Rien à voir cependant avec celle qui nous donne envie de traîner au lit. Il s’agit de l’expression du désintérêt pour la chose divine.

L’auteur s’est ici attaché à illustrer chaque péché par un texte et un personnage. Le lecteur découvrira qu’un péché bien cultivé peut effectivement donner vie à de nombreux autres.

De là à s’en émerveiller...

                                                              Prix : 15 euros

                                                     Bat couv salopes page 001

                 Salopes, enfoirés et autres ordures...

       

Drôle de titre… Accordé. Pourtant, à la lecture des douze textes qui composent ce recueil, il semble d’une telle évidence qu’il aurait été ridicule de céder aux sirènes du politiquement correct.

Pas vraiment le style de l’auteur d’ailleurs.

Même s’il invite parfois le lecteur à voter les circonstances atténuantes aux protagonistes.

Titre décapant donc. Mais justifié. Parce que des êtres dénués de tout scrupule, il en rôde quelques-uns au travers de ces pages. Des femmes, des hommes. Des jeunes, des vieux. Des en toute conscience. Des malgré eux. Des à cause de. Des parce que. Des c’est pas nous.

Car toutes et tous ces cumulards de défauts avancent une bonne excuse à leur abject comportement. On peine cependant à leur emboîter le pas. On trainerait même la patte.

Le lecteur pourra en juger par lui-même…

                                  Prix : 15 euros

                   Du côté de la poésie

                                                                           Couverture quelques mots comedia page 002

          Quelques mots sauvages apprivoisés le temps d'un bref espoir

La poésie est un genre littéraire devant lequel ne s'extasient que ceux aptes à voir de l'autre côté du miroir. Cette face où les reflets et les couleurs prennent une patine différente.

L'œil y découvre des traits insoupçonnés, des paysages sublimés, des caractères plus imaginaires que concrets. Elle est à l'écriture ce que pourrait être la peinture à la photographie : un monde impénétrable pour celui qui n'y adhère.

Elle tient bien sûr pour un art difficile dans lequel la bascule entre sublime et ridicule ne tient qu'à un fil. Le fil long et ténu d'une soie arachnéenne patiemment tissée par une araignée besogneuse.

On entre en poésie de la même manière, fortuite et intuitive, qu'on entre en religion. Non par goût ou désir mais sous le coup d'une impérieuse nécessité.

Un recueil de poèmes. Classiques pour la plupart. Parce que quand même, les alexandrins...

Prix de vente : 12 euros

          

                     Du côté des enfants

                                                         Pi couv les contes de la pleine lune 2019 page 001

                       Les contes de la pleine Lune

La Lune, cet astre parfois timide, parfois triomphant, est source d'inspiration. Il est ici proposé un recueil de quatre contes pour petits et grands au coeur desquels la lune en pleine forme tient le rôle principal; Il est joliment illustré par Michel ROMAN dont la qualité des dessins n'est plus à louer.

Quatre contes composent ce recueil :

                                       - Séraphin et le lapin de Lune

                                       - Les belles nuits du Père Doudou

                                              - La Lune et le loups

                                       - La forêt de Thoutalanver

Prix de vente : 10 euros

                                                                          Bat couv fleur lune page 2

            Fleur de Lune et le chien de maître Dhang

          

Jamais personne ne se risque à pénétrer au cœur  du Territoire Interdit. Les adultes interdisent même aux enfants de seulement s’en approcher. Cette mise en garde est presque superflue tant la réputation du Territoire Interdit fait naître la peur.

Ce jour-là pourtant, Fleur de Lune va braver l’interdit.  Non pas par désobéissance. Mais à cause de deux petites souris. Celles-ci, affamées, ont rongé la laisse du chien de Maître Dhang…

        

La traversée du Territoire Interdit sera l’occasion de rencontres aussi étonnantes qu’impressionnantes. À la poursuite du chien, Fleur de Lune s’alliera à un renard, à une belette, à un loup… et apprendra à pactiser avec tous les animaux peuplant cet univers ensorcelé.

Réussira-t-elle à triompher de toutes ces épreuves ? Évitera-t-elle la colère de Maître Dhang ? Quelle merveilleuse surprise l’attend au cœur de la forêt ?

Tout cela reste à découvrir…

Lecture conseillée aux enfants de 9 à 12 ans.

Prix : 12 euros

                                  

Dan

                                                        

 

 

     

    
 
  • Littérature et cinéma

            Entendu récemment cette question posée à une petite fille : "Qui est l'auteur de Blanche-neige ?" Réponse : Walt Disney!  Bon, je ne vais pas traiter cet homme d'usurpateur. D'une il est mort, et donc s'en contrefiche, deux ses studios ont tellement bien géré la chose que la petit fille mérite amplement qu'on l'excuse. Que les frères Grimm se rassurent, et qu'ils ne fassent pas trop les fiers parce qu'ils ont un peu copié eux aussi dans l'affaire, ils ne sont pas les seuls que le cinéma ait phagocyté pour mieux se les approprier. Elia Kazan n'est pas l'auteur d'Un tramway nommé désir et Jean-Jacques Beneix n'a pas écrit 37°2 le matin. Seuls les puristes, ou les tenants de la lecture, se souviennent que Tenessee Williams et Philippe Djian sont les vrais créateurs de ces oeuvres. Oubli très souvent renforcé par la popularité du cinéma et surtout de sa petite soeur télévision armée de son terrible fusil à répétition de rediffusions.

             Je ne critique pas ici le fait que le cinéma puise dans la littérature pour charmer son public, quelle fierté pour un auteur que de voir son oeuvre faire le tour du monde en images, mais le fait que la majorité des spectateurs à se rendre aux projections y vont sans avoir lu le livre, soit par ignorance, soit par manque de goût pour la lecture. C'est en ce sens que mon billet se veut critique car là encore on retrouve un des travers de notres société pressée : le prêt à consommer. Tout le drame du cinéma lorsqu'il emprunte une oeuvre littéraire c'est qu'il bride l'imagination du spectateur et que les acteurs qui interprètent les héros leur imposent dès cet instant de leur indissociable physionomie. Les exemples sont légion de héros que l'on ne saurait dissocier des acteurs qui ont épousé leur rôle. C'est d'autant plus brimant que tout le côté intériorisation d'un livre disparaît dans sa transposition cinématographique. D'ailleurs, et peu pourront me contredire, tout le monde ou presque a entendu cette phrase : "J'ai bien aimé ce film mais le bouquin était mieux". Ce qui à l'évidence n'est pas l'exacte vérité car ce qui était mieux dans le livre n'était pas la trame que le scénario respecte en général assez bien mais toute la construction intérieure que s'était faite le lecteur sur les non-dits du livre (quand bien même il ne s'agirait que de détails) et qui sont absents dans le film puisqu'aucun réalisateur ne saurait adapter l'oeuvre au goût du lecteur, à moins qu'il en tourne plusieurs milliers de versions.

             N'en demeure pas moins qu'il ne faut pas opposer littérature et cinéma puisque ces deux arts sont tout naturellement complémentaires et qu'ils s'aident mutuellement à exister. La vraie chose que je voulais exprimer c'est qu'il est souhaitable de lire d'abord le livre dont on a fait un film afin de ne pas être déçu par l'oeuvre cinématographique. Et tant pis si l'on connaît déjà l'histoire. Je n'ai, pour ma part, qu'un seul exemple à citer de qualité égale d'une oeuvre écrite et réalisée : La ligne verte. Mais peut-être en connaissez-vous d'autre.

    Lire la suite

  • Faut-il abroger le racisme ?

         Je ne parle pas bien sûr ici de la haine de l'autre mais du mot par lequel on la désigne et j'use à volonté du terme abroger car il serait peut-être temps que l'on bannisse à jamais ce mot du vocabulaire car il entretient l'illusion nauséeuse que la race humaine pourrait subdivisée en plusieurs sous-races. Le racisme  ce rejet d'autres hommes et non d'autres races ( lapins et belettes vous voilà rassurés!) tel qu'il est défini justifie par ailleurs l'ethnocentrisme . Les défenseurs de ces deux courants de "pensée" semblent aussi nauséabonds l'un que l'autre. D'aucuns objecteront qu'il s'agit là de sémantique pure et que si l'on ne s'en satisfait pas on peut user de termes moins génériques tels que la xénophobie, le nationalisme ou l'ostracisme ( ça vient des huïtres et des  sénateurs romains qui s'en servaient pour voter. Ils sont fous ces romains!). D'accord. N'empêche que je me souviens de mes cours de géographie lorsque j'étais enfant dans lesquels on nous expliquait que les hommes se répartissaient en trois races, une blanche, une noire et une jaune. J'aimerais être certain que ces stupidités scolaires ont bien été expulsées (par charter s'il le faut) des manuels de nos chères têtes blondes (pardon, c'est maladroit de ma part, je veux dire de nos chères têtes multicolores) afin que périsse à jamais cette idée que la couleur de la peau peut faire varier la race. Appelons un chat un chat quel que soit la couleur de son pelage.

            Brisons donc là avec le racisme et les wagons qu'il traîne en remorque : la peur de l'autre, de sa religion, de sa culture. Pour ce qui est des autres, lisons un maximum d'ouvrages d'auteurs étrangers et nous nous apercevrons bien vite que les aspirations auxquelles ils souscrivent ressemblent énormément aux nôtres. En ce qui concerne la religion, la lecture en version expurgée des trois livres majeurs des grandes religions monothéistes ( Coran, Torah, Bible) nous convaincront que les différences ne sont pas si grandes que tentent de nous le faire accroire ceux qui les pilotent. Quant à la culture, il paraît étonnant de lui vouer méfiance puisque chaque pays est issu d'un maëlstrom de civilisations successives et que si pour nous français un certain doute devait subsister la consultation du dictionnaire (mince, encore un truc à lire!) nous révèlerait que l'origine de nos vocables dépasse largement le cadre de nos frontières et qu'il serait surprenant que cet état de fait soit le fruit du hasard.

    Lire la suite

  • La publicité nous voudrait-elle du mal ?

        J'apprends par la radio qu'une enseigne de la grande distribution offre aujourd'hui même 10% de remise sur tout le magasin. Mince, c'est bête, ils se sont trompés, nous sommes dimanche. Allez, j'ironise, mais bravo pour la perversité, reconnaissez-le (c'est vrai qu'on sera bien mieux le dimanche dans les magasins à dépenser les sous qu'on n'a pas plutôt que d'aller se balader avec les enfants !). D'autant que cette même enseigne a lancé une campagne radio depuis deux bons mois en terminant tous ses spots par : "chez C... le positif est de retour !" Super, mais si je comprends bien ça veut aussi dire que pendant quelques années il était parti en vacances le gros positif et que C... en a profité pour s'engraisser sur le large dos des consommateurs... et des producteurs par le jeu frelaté et vicieux des marges arrières et de la concurrence à couteaux tirés. Mais ne lui jetons pas la pierre, tous les autres sont derrière, achetons d'abord une carrière !

          Et pour rester dans le même registre publicité-radio, je voudrais faire un petit détour sur deux spots qui polluent actuellement les ondes. L'un vante les mérites d'une cigarette électronique, l'autre les vertus de pilules qui permettent de maigrir lorsqu'on a trop mangé. Je glisse très vite sur les scénarios audio qui introduisent ces deux publicités, féministes il vous reste du pain sur la planche, et sur le réalisme des protagonistes dont l'encéphalogramme doit cadrer avec le pays que chérissait Jacques Brel. La cigarette électronique (bien qu'elle contienne encore de la nicotine) a remplacé les goudrons par des éthylène-glycol et la pilule pour maigrir le sucre par de l'aspartame. Si vous pensez que ces deux substances contribuent à nous maintenir en bonne santé faites un petit tour de piste sur le grand cirque du Net et vous serez surpris par ce que vous y lirez. A noter que ces deux produits sont en vente en pharmacie. Moi qui pensais que ces officines vendaient des médications !

           Juste un petit conseil en conclusion : avant de tomber dans tous les pièges que nous tend la publicité (c'est son rôle et elle le fait bien) informons-nous, lisons les petites lignes des formulaires et voyageons tout en restant lucides dans les pages, papier ou électronique, qui traitent de ces sujets car comme le disait si justement Coluche : "Quand on pense qu'il suffirait que les gens ne l'achètent plus pour que cela ne se vende pas!". Nous avons les armes pour nous défendre et rien ne nous empêche d'armer ceux qui sont bras ballants afin de ne plus acheter ce qui nous dessert... et surtout le dimanche !

     

    Lire la suite

  • Peut-on lire de tout?

         Non, non, il ne s'agit pas d'une faute de frappe ! Mais d'une grave question. A l'heure où l'orthographe et la grammaire se réinvitent en faculté afin de rafraîchir les mémoires estudiantines défaillantes (langage sms tu vas te faire tirer les oreilles !) la question des lectures sérieuses ou pas se pose à nouveau. Combien de fois avons-nous entendu nos professeurs de français ou nos parents juger telle lecture digne et telle autre dépourvue d'intérêt ? Je passe volontairement sous silence les textes étudiés de classe en classe que seuls les enseignants rebelles savent agrémenter de pauses plus savoureuses. Comme on fait feu de tout bois, la seule différence réside dans le fait qu'il chauffe différemment, toute lecture me semble intéressante quel qu'en soit le support. Nul plaisir ne saurait être boudé au prétexte qu'il ne correspond pas à la norme, ce fameux goût des autres qui prend les traits pervers de la pensée unique. Qu'importe la profondeur du texte, sa portée philosophique ou l'enseignement qu'il procure pourvu que les mots qui s'y marient soient bien orthographiés et liés grammaticalement. Notre langue possède certes des règles particulières mais n'est-ce pas là aussi ce qui en fait sa richesse ? Toute société vit par ses lois, mais pas pour ses lois, et si "dura lex sed lex" peut parfois mettre en rage on ne peut occulter le fait que l'ethymologie rappelle à nos mémoires grecques et latines, voire arabes, ou saxonnes, ou serbes, ou asiates, ou ..., que notre identité que l'on voudrait nous faire avaler comme nationale posséde toute une arborescence multiculturelle et polyglotte. Lisons donc de tout et sous toutes ses formes car c'est dans le pluriel que l'on construit des êtres singuliers.

    Lire la suite

  • Critique, de lard ou du cochon ?

          Pour toute personne qui crée, dans quelque domaine que ce soit, sévit une espèce redoutable : les critiques. En règle générale, ce sont des gens qui n'ont rien fait dans le domaine où vous vous essayez mais qui se targuent de savoir évaluer ce que vous faites. Je ne sais pas si vous êtes auditeurs occasionnels de l'émission de France Inter Le masque et la Plume mais elle vaut parfois son pesant de cacahuètes pour la virulence de ses chroniqueurs à l'égard d'auteurs dont le seul tort est d'avoir écrit un livre qui ne leur plaît pas. Mais là encore, la concorde ne règne pas toujours. Ce que l'un démonte l'autre le rebâtit en toute hâte. A tel point que l'on ne sait pas toujours si l'ouvrage mérite d'être lu ou non.

          Je ne prétend pas bien sûr que la critique est inutile mais je demande qu'elle soit respectueuse et constructive quel que soit le domaine abordé. Que l'on se souvienne de l'accueil à Cannes du Grand Bleu ou des premières toiles de Picasso. On peut très bien ne pas aimer ce que fait quelqu'un sans chercher pour autant à le blesser. J'espère ne pas m'être montré trop critique avec les critiques, ce serait idiot de tomber dans le piège que l'on vient de creuser et avant de lâcher le clavier, je vais vous raconter cette anecdote vécue par Alphonse Allais qui en un trait d'humour a vengé tous les auteurs traités avec mépris.

          Au cours d'un soirée, l'écrivain vient à rencontrer un critique toujours très acerbe avec lui. Je me dois de préciser qu'à cette lointaine époque, le papier toilette n'existait pas et que les feuilles de journaux coupés en quatre remplaçait celui-ci ( je précise avoir connu cet usage chez mes grands-parents). Le critique s'approche donc d'Alphonse Allais et d'un ton douceureux lui demande s'il a lu sa critique dans le journal de la veille. Grand seigneur, celui-ci le toise et lui répond sans aménité : Je l'ai parcourue tantôt d'un derrière distrait !               Sublime non?

    Lire la suite

Vous êtes le 446353ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 02/04/2022