Père dû

        Ce fut le tout-premier, rédigé à vingt ans et des poussières. Naturellement il a été depuis réécrit, puis réécrit, car c'est affreux à dire mais on vieillit et la sagesse modère la vision globale de l'existence, ce qui console. On ne considère plus les choses du même oeil. Et puis le style s'améliore (du moins je le crois) les mots viennent différents et la narration se fait plus fluide. Grand progrès aussi d'une version à une autre : le bâti des dialogues. Et changement radical : l'impersonnalisation de la narration. la prime version était au narratif, ce qui avec le recul tenait plus du ridicule que du crédible. La trame malgré tout est demeuré la même avec pour seul ajout le journal que tient le jeune héros, pirouette technique qui permet de révéler de nombreuses vérités sur sa vie et celle de ses proches sans se lancer dans de longs paragraphes fastidieux.

        Le roman déroule quelques mois de la vie d'un jeune garçon en 1977 et la quête qu'il mène pour retrouver son père (d'où naturellement le titre). Qui est-il ? Où vit-il ? Que fait-il ? Il l'ignore. Et cette ignorance le taraude presque autant que le silence buté dont font preuve sa mère et sa grand-mère. Le sujet est tabou et  s'étend en-dehors du cercle familial. Aussi entreprend-il de mener sa propre enquête. ses pas vont lui faire croiser la route de Jean-Luc, un jeune forain venu du Sud pour la foire annuelle locale. De leur amitié atypique va naître un projet un peu fou. Mais la folie n'est-elle pas un peu la raison des sages ?

 

             

            Un extrait est disponible sur le site Alterpublishing.com là où par ailleurs le roman est à la vente en, format numérique

 

 

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. 25/02/2010

Je découvre ces deux extraits de ton roman... la narration est très efficace. Le style aussi ! J'aime beaucoup...

Bonne journée à toi !

Bises,

Sandra

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau