L'Arénicole

 

       Quatrième volet de la série "romans".

 

    Né d'un regret personnel et du temps qui passe en nous laissant croire que l'immuable est avéré. Le remords peut présider à l'écriture et les psys concèdent que le procédé peut se révéler aussi efficace que dix ans d'analyse. Ils le concèdent du bout des lèvres parce que cela leur rapporte moins. Comme toujours, une part certaine d'autobiographie dans le récit (il ne saurait en être autrement) mais si j'en crois les commentaires de mes lecteurs je suis demeuré crédible dans mon imaginaire puisque le vrai passe pour le faux et le vice pour le versa. Ecrit pendant la dernière année du siècle dernier, ça fait bizzare d'écrire ça, ce roman se veut optimiste et ne griffe que d'une manière délicate tous les petits travers qui rendent les hommes humains.

       L'histoire par elle-même est simple. Une grand-mère dont le mari a disparu depuis des décennies lance par voie testamentaire un de ses petits-fils et une amie d'enfance de celui-ci sur les routes d'Europe de la Bretagne à L'Ukraine. Vers quelle vérité se dirigent-ils ? Où les envoie cette espiègle grand-mère? Cela vous reste à découvrir. Quant à eux, c'est par le biais d'un jeu de pistes épistolaire post-mortem qu'ils avanceront vers la révélation mais quelques épreuves les guettent dont ils se seraient bien passés.

 

 

          Un extrait est disponible sur Alterpublishing.com où par ailleurs le roman est à la vente au format numérique

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau