Le silence et l'absence

             Ce poème s'ouvre à tous ceux qui ne savent pas vraiment où ils sont ni qui ils sont. Comme ils n'osent pas s'en ouvrir aux autres ils partent sans qu'on s'en aperçoive, en catimini, sur la pointe des pieds.

 

 

           Le silence et l'absence

 


                       Il était là comme un silence
                       Que seul un bruit sait révéler.
                       Il était là comme une absence
                       Qui refusait de s'excuser.
                       Avec au fond des yeux
                       Comme une sévérité
                       Qui excluait qu'un jour
                       On sût ses vérités.
                       Il était là comme un dimanche
                       Où l'on se lève pour travailler.
                       Il était là comme un hiver
                       Que nul soleil ne peut chauffer.
                       Avec les lèvres closes
                       Sur tous les mots secrets
                       Comme si s'ouvrir aux autres
                       Est un mal qu'on se crée.
                       Il était là comme une mer
                       Où l'on ne peut se baigner.
                       Il était là comme un décor
                       Trop beau pour être vrai.
                       Avec la mine éteinte
                       Par le refus de supplier
                       Comme ces âmes qui meurent
                       De n'avoir su plier.
                       Il était las, et sans doute fatigué,
                       De n'avoir su trouver
                       Aux portes de l'existence
                       Les clés libérant les pênes
                       Des serrures trop obtuses
                       Qui ceignent en leurs tréfonds
                        Les douleurs et les peines.
                        Il est parti dans un silence
                        Qu'aucun bruit n'a révélé.
                        Il est parti et son absence
                        N'a même pas eu à s'excuser.
                        La vie l'a traversé
                        Le temps d'une éclaircie
                        La mort l'a renversé
                        Sans bonjour ni merci.
                        Il était là puis est parti
                        Et le silence de son absence
                        N'est que l'exact reflet
                        De ses absences et ses silences.






 

 

 

 

 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau