Langage bestiaire

 

    Un petit jeu. Jeu d'écriture. Dans lequel les animaux retrouvent une place méritée. Ils ne nous sont pas si inférieurs (le sont-ils même à la vérité ?) et nombre d'entre nous s'enrichiraient à leur contact... je ferais montre d'une grande prétention en m'excluant du lot. En écrivant ce texte je n'ai pu m'empêcher de penser à certains que je connais et je me suis beaucoup amusé à imaginer leur tête si cette rêverie devenait réalité.

 

                                     Langage bestiaire


  Si l'on souhaite dire les choses sans vraiment les nommer
  On utilise parfois un biais fort agréable
  En confiant son message à un bouquet de fleurs
  Dont l'espèce et le nombre expriment un sentiment
  Que perçoit sur le champ celui qui le reçoit
  À l'expresse condition qu'il en soit initié.
  Ce langage des fleurs stimule les plus timides
  Et offre aux audacieux de folles fantaisies
  Mais présente il est vrai le très fâcheux défaut
  De ne célébrer un émoi que le temps d'un bouquet.
  Aussi pour remédier à cet état de faits
  Et offrir au message une pérénité certaine,
  Idée plus que louable dans nos vies bétonnées
  Où les terres cultivables disparaissent à vue d'oeil,
  Peut-être serait-il bon d'offrir un animal
  En créant de la sorte un langage bestiaire
  Qui durerait le temps que survit la bestiole
  Si le récipiendaire ne disparaît avant.
  Et si les fleurs encensent bien plus qu'elles ne tancent
  Un animal usé de manière judicieuse
  Saurait par sa présence stigmatiser un reproche
  Ou donner du bonheur à certains de nos proches.
  Ainsi à une concierge avide de commérages
  Offrirait-on un canard pour faire taire ses cancans.
  Un couple d'inséparables révélerait à sa belle
  Le sentiment amoureux que l'on ressent pour elle.
  Une femme bafouée bien lasse qu'on la trompe
  Pourrait à son mari faire don d'un éléphant.
  A un ami servile et sans doute un peu veule
  Le présent d'un mouton lui poserait questions.
  Et ainsi à l'avenant pous chaque cas de figure
  Un animal viendrait exprimer la sanction.
  Un manchot pour qui ne sait rien faire de ses dix doigts.
  Une taupe à qui ne voit plus loin que le bout de son nez.
  Deux pies pour ceux qui souffrent d'incontinence.
  Un lapin pour tous ceux qui ratent les rendez-vous.
  Un golden retriever aux tenants de la délation.
  Des oursins pour ceux qui n'ouvrent leurs porte-monnaie.
  Une carpe normale pour les bavards impénitents
  Et une carpe miroir pour tous les narcissiques.
  Un chacal pour tous ceux qui ne daignent se laver.
  Une méduse flatterait tous ceux qui savent nous étonner.
  Un requin-marteau et un poisson-scie pour les bricoleurs.
  Un cheval pour ceux qui aiment trop les principes.
  Une chèvre pour celles qui s'imaginent trop belles.
  Une hyène rieuse à l'adresse des grincheux.
  Une baleine franche pour tous les menteurs.
  Un dromadaire pour ceux qui ont la bosse des maths
  Et un chameau pour qui cherche à copier sur eux.
  Un joli serin jaune pour les titis parisiens
  Et puis un gros minet pour les fans des Bains-Douches.
  Une chouette pour tous ceux qui prennent soin des autres 
  Et une vache pour ceux qui font tout le contraire.
  Un macareux moine pour les fanas de religion
  Et un poisson-boule pour les athées.
  Un albatros pour ceux qui encensent Baudelaire
  Et une mouette pour ceux qui lui préfèrent Tchékov.
  Une cigale pour ceux qui n'aiment rien tant que chanter
  Et une fourmi pour ceux qui ne songent qu'à travailler.
  Voici quelques exemples de ce qu'on pourrait faire
  Et la liste bien sûr est loin d'être exhaustive.
  Chacun garde le soin de son imaginaire,
  Peut réfléchir à quoi se doit d'être donné à qui.
  Si un jour cette vogue prend forme pour de bon
  Et qu'on puisse accueillir au sein de nos maisons
  Les bêtes que nos amis auront élu pour nous
  Je ne voudrais qu'on m'offre ou un paon ou un pou
  Mais je serais flatté que l'on me fît présent
  D'un bel orithorynque qui garde tout son mystère
  Car le sel de la vie réside dans ce qu'il reste à découvrir.

 

 

 

 

 

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Lina Carmen (site web) 06/04/2010

Qu'est-ce que j'ai rit ! C'est super, j'aime beaucoup. C'est très bien écrit, poétique, drôle, plein d'imagination et si vrai !
Félicitations.

Bisous

Lina

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau