Les cinq personnes que j'ai rencontrées là-haut de Mitch Albom

      

       Une découverte récente mais un enchantement... pour qui sait s'évader dans l'irrationnel. Mitch Albom, dans ce livre, se met à rêver que l'on peut une fois mort faire des rencontres, en particulier avec ceux ou celles dont on a négligé la présence à l'époque de son ou de leur vivant. Cette introspection imaginaire est un véritable bonheur tant dans la construction que dans le style. L'auteur reprend d'ailleurs ce thème dans " Pour un jour de plus" avec autant de qualités. Et pour en finir avec Mitch Albom, je ne saurais trop vous conseiller la lecture du dernier ouvrage de cet auteur, très différent des précédents, dans lequel il narre huit années de sa vie mises à contribution pour la rédaction de l'oraison funèbre du rabbin de son enfance. Un chef d'oeuvre.

         Ce livre m'a appris que l'irrationnel pouvait me plaire, bien que le pragmatisme ait d'habitude plutôt mes faveurs. J'avais déjà pratiqué une ouverture avec le seul Stephen King qui ait trouvé grâce à mes yeux : "La ligne verte" mais là, dans le cas de Mitch Albom l'essai est transformé avec tous les points de bonus possibles et imaginables. Et les perspectives qu'offre cette évasion dans l'irréel sont elles bien tangibles.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau