Le parfum de Patrick Süskind

      J'aborde là le livre que pour l'instant j'ai le plus apprécié dans ma longue carrière de lecteur. Depuis qu'il a été mis en images (non, je n'ai pas vu le film et n'y tiens pas plus que ça) tout le monde connaît ce livre mais je doute que la version filmée atteigne la qualité de la version papier. Pour ceux qui vivaient jusque-là sur une autre planète, je résume l'histoire : la folie meurtrière d'un maître parfumeur dans l'espoir d'atteindre au parfum de l'amour. A noter que deux autres ouvrages de l'auteur, "Le pigeon" et "La contrebasse", méritent largement qu'on s'y intéresse. Je me dois aussi d'avouer qu'à ma première lecture, j'ai peiné pour rentrer dans le récit (une soixantaine de pages).

       Ce livre m'a appris quelque chose de magique : la preuve que l'on peut par les mots transcender l'imaginaire du lecteur jusqu'à lui faire sentir des odeurs. Ensuite, qu'à une époque donnée ne correspond pas un genre d'écriture, ainsi le Moyen-Age dans ce livre sert de toile de fond à un thriller des plus noirs. L'idée aussi qu'une obsession non assouvie nuit à l'épanouissement de l'âme et que même si la folie préside au destin le cheminement reste admirable. Dans cette oeuvre aussi, un enseignement. Tout au long du livre, il est question de l'art de la parfumerie et on y apprend de nombreuses choses, entre autres les différentes techniques de distillation et de sublimation des fleurs afin d'obtenir des parfums. Cela m'a incité à me documenter afin d'écrire sur un sujet ou de n'écrire que sur ce que je connais. Enfin, que pour marquer du sceau de la classe une oeuvre quelle qu'elle soit il faut que la fin soit à la hauteur du récit. De là vient-il mon goût particulier pour l'écriture de nouvelles? Qui sait?

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau