La gloire de mon père de Marcel Pagnol

      Cet ouvrage constitue le premier opus des mémoires d'enfance de Marcel Pagnol. Suivront ensuite "le Chateau de ma mère", "Le temps des amours" et "Le temps de secrets". J'ai lu ce livre à plusieurs reprises et il m'a enseigné, sans que j'en sois à cet instant conscient, plusieurs choses.

      En tout premier lieu que ce que l'on raconte a certes de l'importance mais que prime avant tout la façon dont on le narre. Dans ce roman, l'auteur ne dévoile aucun secret d'alcôve, il se contente de raconter les faits qui ont marqué son enfance. Rien qui ne soit exceptionnel mais narré avec une truculence et une verve toutes méridionales qui font que chaque anecdote devient une aventure. J'ai compris plus tard que toute vie, réelle ou inventée, mérite d'être racontée à condition que l'on sache prendre le récit par le bon bout et savoir entretenir l'attention du lecteur.

     Ensuite, que l'humanité est un moteur essentiel dans l'intérêt d'une narration et que chaque personnage mérite d'être considéré comme un être à part tant sur le plan psychologique que social. La condition d'instituteur du père de Marcel Pagnol et le presque dédain dans lequel le tient son beau-frère mieux nanti (d'après celui-ci) en font le parent pauvre de la famille que seul un succès exceptionnel, dans un domaine où on le dévalorisait, auréolera d'indéfectible manière. Là se situe le second enseignement que j'ai tiré de cet ouvrage : chacun à son niveau peut devenir un héros (le fameux quart d'heure cher à Andy Warhol) et prendre aux yeux des autres un caractère sacré.

      Enfin, ce roman m'a montré que l'on peut utiliser la forme personnelle pour livrer une histoire, que le "je" est une forme narrative intéressante dénuée d'égotisme pour peu que l'on sache y prendre garde. L'introspection liée à cette forme de récit permet de se plonger au coeur du récit en déchargeant le texte de notions inutiles que réclame la narration indirecte.

 

9 votes. Moyenne 4.11 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau