Grâce et dénuement d'Alice Ferney

 

        Une femme écrivain, remarquable, de la trempe de Sylvie Germain ou Isabel Allendé. Le dernier ouvrage que j'ai lu d'elle : "Les autres" constitue une performance littéraire dotée d'une incroyable originalité. "Grâce et dénuement" résume parfaitement le contenu du livre dont il compose le titre. Une grâce extrême entoure l'univers qu'explore l'auteur dans un style dépouillé où chaque mot est nécessaire et suffisant. Alice Ferney écrit à la manière d'un peintre en livrant une épure remarquable d'un monde souvent méprisé : celui des gens du voyage. Une libraire entreprend d'initier les enfants d'un camp gitan à la lecture et nonobstant les railleries et les écueils parvient à se faire admettre à l'intérieur du camp où une nouvelle rencontre l'attend. Eternel ballet des rencontres où chaque porte ouverte ne livre pas sur un monde mais sur d'autres portes à ouvrir. Je ne souhaite pas en dire plus car rien n'est pire qu'un résumé qui raconte l'essentiel.

       L'enseignement majeur de ce livre que j'ai vraiment adoré c'est qu'à la manière d'Alain Gerber, Alice Ferney sait aborder un problème social dramatique en usant d'un biais qui donne l'illusion que le vrai problème se situe ailleurs. Encore une fois, démonstration est faite qu'un roman où affleurent tant de bons sentiments ne peut laisser personne indifférent sur une vision étriquée du sujet qui y est abordé. Que dire lorsque ledit sujet est contourné par la glorification de la lecture. Car comme les poupées gigognes, " Grâce et dénuement " est un livre qui parle des livres et encense toutes les richesses qu'ils recèlent.

 

     Résumé : Dans ce roman, l'auteur raconte l’histoire d’un groupe de gitans installé sur un terrain vague dont la propriétaire, une ancienne institutrice, ne souhaite pas les déloger. C’est en fait une famille dont Angéline, la grand-mère est la chef : elle anime cette communauté composée de ses cinq fils, leurs épouses et leurs enfants. Une jeune libraire, Esther, décide de venir faire la lecture aux plus jeunes mais pour réussir, elle doit convaincre la doyenne Angéline de l’accepter. On suit donc le parcours d’Esther dans cette communauté qui tente de s’intégrer et d’aider les enfants qui vivent dans une grande pauvreté.

35 votes. Moyenne 3.09 sur 5.

Commentaires (1)

1. mama26 11/12/2011

J'ai lu le livre et il m'a beaucoup touché
ton résumé est un peu court mais il est bien

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau