terrorisme

Quand les verts voient rouge. De l'écolo bobo à celui qui fait mal

  Je viens de terminer un ouvrage de Jean-Christophe Ruffin paru en 2007 : Le parfum d'Adam. Le sujet traité, avec beaucoup de bonheur puisque l'on pourrait s'imaginer en voyage dans un Grangé de la bonne période, est l'écologie. Pas celle que nous connaissons tous en Europe qui sous des abords virulents s'apparente après lecture du livre à de douces jérémiades en comparaison de celle qui émerge aux Etats-Unis, entre autres, et que les spécialistes qualifient de deep ecology. C'est à ce point une mouvance prise au sérieux que le FBI n'hésite pas à la classer en deuxième position dans les menaces terroristes recensées par le bureau fédéral.

  Les militants de cette mouvance, plutôt secrète, prônent la disparition du véritable responsable de la pollution. Non pas la société industrielle mais l'Homme en tant qu'espèce.