Quel bonheur d'avoir divorcé !

         Je vais en quelques phrases vous raconter de quelle manière j'ai divorcé voici un petit plus de cinq ans. Ne vous attendez pas cependant à des remarques croustillantes ou à de petites anecdotes délatrices. Pas plus qu'à pénétrer plus avant dans mon intimité. Je suis quelqu'un de plutôt pudique et je ne compte pas vous abreuver de détails dont vous ne sauriez que faire. Je vous dirai simplement qu'il fut relativement facile de rompre. Nous avions pourtant tout connu ensemble. Des joies, des peines, des bonheurs, des drames. Des pannes aussi. Qui à chaque fois me rendait triste et un peu frustré. Notre histoire durait depuis si longtemps ! Mais il était vain de continuer à se raconter des histoires. Je l'écoutais de moins en moins, je ne la regardais pour ainsi dire plus. Sa seule présence m'indisposait déjà. Et je ne parle pas de son insupportable verbiage continuel du matin au soir pour ne finalement ne pas dire grand-chose qui vaille que je m'y intéresse. Elle était de surcroît devenue de plus en plus large au fil des années, imposante presque. Dimensions inversement proportionnelles à l'intérêt que je ressentais pour elle.

        Alors un jour, enfin conscient que cela ne rimait à rien de s'acharner, je l'ai laissée tomber. Mais pas méchamment ! Pour être exact, je l'ai refilée à un copain qui lorgnait sur elle depuis quelques temps déjà. Il la voulait. Qu'il la prenne! Je n'avais aucune intention de lutter pour la conserver. Et je vous avoue, sans aucune honte, que depuis ce jour je revis. Je vais de nouveau au cinéma, je participe aux conversations , je fais des jeux.  Et surtout, je me suis remis à la lecture. Je lis, de tout, à toute heure ! Je vis quoi ! Et sans vouloir influer sur votre vie, je vous encourage à faire de même. Vous verrez comme l'existence devient plus agréable. Divorcez ! Divorcez par pitié ! Divorcez de votre télévision !!!

Commentaires (1)

1. GOUGELIN (site web) 14/03/2010

Je partage ce point de vue. Quel bonheur de se séparer de sa télévision. Mais qu'en est-il de son conjoint ? 172 pages de psychologie à lire pour comprendre ce monde égoiste.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau