La publicité nous voudrait-elle du mal ?

    J'apprends par la radio qu'une enseigne de la grande distribution offre aujourd'hui même 10% de remise sur tout le magasin. Mince, c'est bête, ils se sont trompés, nous sommes dimanche. Allez, j'ironise, mais bravo pour la perversité, reconnaissez-le (c'est vrai qu'on sera bien mieux le dimanche dans les magasins à dépenser les sous qu'on n'a pas plutôt que d'aller se balader avec les enfants !). D'autant que cette même enseigne a lancé une campagne radio depuis deux bons mois en terminant tous ses spots par : "chez C... le positif est de retour !" Super, mais si je comprends bien ça veut aussi dire que pendant quelques années il était parti en vacances le gros positif et que C... en a profité pour s'engraisser sur le large dos des consommateurs... et des producteurs par le jeu frelaté et vicieux des marges arrières et de la concurrence à couteaux tirés. Mais ne lui jetons pas la pierre, tous les autres sont derrière, achetons d'abord une carrière !

      Et pour rester dans le même registre publicité-radio, je voudrais faire un petit détour sur deux spots qui polluent actuellement les ondes. L'un vante les mérites d'une cigarette électronique, l'autre les vertus de pilules qui permettent de maigrir lorsqu'on a trop mangé. Je glisse très vite sur les scénarios audio qui introduisent ces deux publicités, féministes il vous reste du pain sur la planche, et sur le réalisme des protagonistes dont l'encéphalogramme doit cadrer avec le pays que chérissait Jacques Brel. La cigarette électronique (bien qu'elle contienne encore de la nicotine) a remplacé les goudrons par des éthylène-glycol et la pilule pour maigrir le sucre par de l'aspartame. Si vous pensez que ces deux substances contribuent à nous maintenir en bonne santé faites un petit tour de piste sur le grand cirque du Net et vous serez surpris par ce que vous y lirez. A noter que ces deux produits sont en vente en pharmacie. Moi qui pensais que ces officines vendaient des médications !

       Juste un petit conseil en conclusion : avant de tomber dans tous les pièges que nous tend la publicité (c'est son rôle et elle le fait bien) informons-nous, lisons les petites lignes des formulaires et voyageons tout en restant lucides dans les pages, papier ou électronique, qui traitent de ces sujets car comme le disait si justement Coluche : "Quand on pense qu'il suffirait que les gens ne l'achètent plus pour que cela ne se vende pas!". Nous avons les armes pour nous défendre et rien ne nous empêche d'armer ceux qui sont bras ballants afin de ne plus acheter ce qui nous dessert... et surtout le dimanche !

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau