DERNIÈRES NOUVELLES DU FRONT

   
Pour celles et ceux que mes ouvrages intéresseraient, une seule et unique SOLUTION désormais : passer directement par moi soit par courriel soit par la voie postale ou venir me rencontrer au cours d'une des manifestations répertoriées dans la rubrique Agenda

     Mon roman "PORTE-MOI" a obtenu le Prix Alterpublishing du roman 2014. Pas le Goncourt... c'est entendu ! Mais assez gratifiant pour me combler d'aise et m'encourager à continuer. Ce prix obtenu pour un roman vient en complément de ceux déjà récoltés avec un certain nombre de nouvelles sur le plan national... et international. Ces récompenses offertes par mes pairs et par des professionnels me confortent dans l'idée que mes écrits peuvent séduire une belle palette de lecteurs... pour peu que nos routes parviennent à se croiser.


Prixalterpublishing fr

            

     

                     Du côté des romans

 

                                                         Bat couv page 001   

       

                              Porte-moi

      

     Une mare et des grenouilles. Quoi de plus tentant pour un enfant de douze ans que ses parents ont laissé seul le temps d'une matinée ?  Rien, si ce n'est le regret que tout ce qui va survenir en raison de cette désobéissance ne puisse être annihilé. Ce battement d'ailes de papillon va générer toute une série d'évènements et la remise en cause de vérités qui paraissaient immuables.

     Bertrand, sur le fil du rasoir de cette tourmente sentimentale, va devoir composer avec toutes les femmes qui l'entourent… mais avant tout avec lui-même !  Le destin changera tour à tour la donne des cartes. Simple reflet de la vie ordinaire où à trop se pencher sur soi on risque de tomber.

         Un roman d'amour. Mais d'un amour dramatique. Tenter de montrer jusqu'à quel sacrifice on est prêt lorsque l'on aime réellement quelqu'un.

Prix de vente : 15 euros

                                                                 Bat couv la derniere aube 2017 page 001    

 

                                                                          La dernière aube

 

     Qui n'a pas rêvé un jour de refaire sa vie ? Il n'est pas question ici de changer de pays, de travail… de compagne ou de compagnon. Non ! Ces possibilités-là, l'existence les offre… de plus ou moins bon cœur. Elle peine en revanche à faire don de séances de rattrapage pour les meurtrissures de l'âme. Ces petits – ou grands – accrocs dans la ligne de conduite que l'on se fixe. Guillaume, lui va connaître cet insigne honneur… de manière tout à fait surprenante… et sans doute à contrecœur.

      Surfant sur la vague des années 80 à 90, le récit, d'un réalisme poignant et mené comme une enquête par une suite de témoignages, guidera le lecteur jusqu'au coup de théâtre final.  Jusqu'à cette vérité à laquelle chacun pourra adhérer… ou la dénier au gré de ses convictions.

       Un roman axé sur le sentiment mais ouvert sur une question essentielle. Au lecteur de répondre...

Prix de vente : 15 euros

                                                    

Pi couv decrochez la lune 2016 1 page 2

                   

                                 Décrochez la Lune... !

 

Brigitte se faisait une joie d'aller à Lyon assister au concert de Mister U.

Sans doute aurait-elle tempéré sa joie si elle avait su toute la série d'évènements qu'allait déclencher son cadeau de départ à la retraite.

Quand rien ne passe comme prévu…

  Un roman particulier. Début, milieu, fin. Jusque-là rien que de très normal. Mais à intervalles irréguliers une anecdote consacrée à chacun des personnages vient modifier le regard du lecteur sur celui-ci. De fait, toute la trame du roman est à chaque fois visitée.

Prix de vente : 15 euros

                                                 Bat couv l arenicole 2017 page 001

                                L'Arénicole

      Une maison de famille, une grand-mère farfelue, un grand-père dont on est sans nouvelles depuis très longtemps… et un testament surprenant. Celui-ci va contraindre deux membres de la famille à accomplir un périple éprouvant à travers l'Europe. De la Bretagne à l'Ukraine, ils remonteront un passé dont ils ignorent encore vers où ils les mène.

      D'étape en étape, tout au long du trajet émaillé par les directives épistolaires d'une grand-mère prévoyante, Nicole et Benjamin vont apprendre à mieux se connaître, partagés entre le plaisir d'être ensemble et les affres liées au sens de leur démarche. D'innombrables péripéties les guettent au cours de leur longue avancée vers une vérité que leur grand-mère souhaitait leur révéler. A eux et à eux seuls.

    Une belle histoire d'amour entre une grand-mère et son petit-fils. Une transmission inter générationnelle. Un roman au cours duquel les surprises ne manquent pas.

Prix de vente : 15 euros

                                              Pi couv pere du traits noir page 001            

                                        

Père dû

 

1977… À douze ans et quelques mois, Christophe pourrait être un enfant insouciant et heureux s'il n'était miné par une douloureuse interrogation.

Questionnement à tiroirs multiples. Qui est son père ? Où vit-il ? Que lui reproche-t-on… ?

Sa mère l'élève seule. Elle se refuse à aborder le sujet. Idem pour la grand-mère de Christophe… et tous les voisins auprès desquels il s'est renseigné.

Sans doute rongerait-il son frein si ne survenait un événement… somme toute banal. Mais un de ces battements d'aile de papillon susceptibles de déclencher les pires des tempêtes.

Mentant aux uns et aux autres, Christophe va se lancer sur la piste de son père.

Seul. Bien décidé à affronter la vérité.

Quelle qu'elle soit ! 

                    Prix de vente : 12 euros

                                                 Pi couv la valse lente des corps page 001     

                                        

                                             La valse lente des corps

 

   Un voyage initiatique entre un père et son fils après une série d'événements tragiques. Une confluence aussi de personnages issus d'horizons très différents. Un road-movie à un moment maritime. Le but étant que le lecteur soutienne le père dans sa démarche bien qu'il se soit pour cela mis hors-la-loi.

                     Prix de vente : 16 euros

                                                                           Les jours à suivre

Evolution

 

Corentin avait connu un début de vie pour le moins calamiteux. Disons pour faire simple que sa survie avait tenu du miracle… et de l’amour secret d’un homme pour sa boulangère.

Par chance, sa route cahotique avait croisé celle d’Anaëlle et Michel. Dans cette famille d’accueil, Corentin avait bâti sa jeune vie sur un rêve original : devenir Compagnon du Devoir. Deux mots pour lui synonymes d’une vie en partage et d’une existence au service de ce que sa naissance lui avait refusé.

Une route cahoteuse à suivre, remplie d’embûches. Surtout quand le destin jouait les fauteurs de troubles et qu’une question fondamentale revenait régulièrement hanter son esprit : Qui était-il ?

Prix de vente : 16 euros

                                                   Si je me souviens bien

Couv si je me 1

 

L’enterrement d’une tante âgée, quoi de plus banal. Sauf… sauf si en voulant procéder à une réduction des corps, on s’aperçoit que la chose va s’avérer beaucoup plus compliquée que prévue. Un grain de sable vient gripper la machine. Et quel grain de sable !

Cet événement inattendu fait remonter à la surface de nombreuses interrogations que le temps avait laissées dans l’oubli. Ces questions remettent en doute la probité d’une famille, sa structure même.

François – Fanch’ pour les intimes de sa vie de marin-pêcheur breton – va se retrouver volontaire désigné d’office pour mener l’enquête. Il ne sera pas seul dans sa démarche. Deux membres de sa famille l’accompagnent… plus quelques fantômes dont la présence l’amènera à se pencher sur son passé, son présent… et son futur.

Ce roman constitue une suite pour l'Arénicole, écrit il y a une dizaine d'années. Les deux ouvrages peuvent néanmoins se lire séparément.

Prix de vente : 16 euros

 

 

                        Du côté du policier

 

 

                                                         Pi couv couper les ponts 2016 page 2

                                                                  

                           

                             Couper les ponts

 

Max avait tout prévu. Tout… à un bémol près.

La juteuse croisière nocturne devait se dérouler dans les meilleures conditions. Il était sûr de son équipage. La météo s'annonçait favorable. La pêche ne pouvait qu'être bonne. Exceptionnelle pour tout dire.

Les flics en resteraient babas !

Il avait juste oublié qu'à Sète rien ne se passe comme ailleurs. C'était pourtant pour cette même raison qu'il avait élu la ville pour théâtre des réjouissances.

Hélas, si chacun des comédiens s'était évertué à bien jouer son rôle, l'un d'entre eux avait mal appris son texte.  Ce tout petit grain de sable allait vite prendre en grippe tous les jolis rouages sortis de l'imagination machiavélique de Max.

 

   Un roman policier se déroulant à Sète... mais qui ne pourrait pas se dérouler ailleurs. L'île singulière décrite pas Paul Valéry y tient un rôle à part entière.

Prix de vente : 15 euros

 

 

 

                                              Bat couv l ancre rouge page 001

                             À l'ancre rouge

 

     La concorde avait régné sur le trentième Salon du Livre de Frontignan. Chacun était en droit de se réjouir. Le bonheur ne s'éternisa pourtant pas. Il s'enfuit même en toute hâte dès le premier assassinat.

Premier ? Oui… D'autres allaient suivre. Selon une étrange logique. Comme si quelqu'un s'attachait à remonter le fil du temps à sa manière.

Petit Poucet sanglant aux impénétrables desseins.

Les enquêteurs de la Crim' n'étaient pas à la fête. Domenica Suarès, la belle franco-brésilienne, en tête.

La samba virait à la danse macabre.

 

   Un polar dans le milieu littéraire. Une bonne manière d'éliminer la concurrence. Pourquoi pas... ?

 

Prix de vente : 15 euros

 

 

 

                                                   Bat couv le petit bois des mouriaux page 001

 

                       Le petit bois des Mouriaux

 

Roujon-sur-Hérault, un gros village des hauts cantons héraultais, semble être un bourg très tranquille.

Pour ne pas dire somnolent.

Mais les apparences sont quelques fois trompeuses !

Paul y vient, pour la dernière fois de sa vie pense-t-il, attiré par la nostalgie. Par hasard, il va être témoin d'une scène dont il ne saura dans l'immédiat mesurer toute la portée.

Comment le pourrait-il au demeurant ?

Un à un, tous les personnages de ce roman vont prendre leur place, solistes prêts à jouer les mesures de leur partition. La symphonie attendue ne sera pas au rendez-vous, altérée par toute une série de couacs.

Le lecteur saura-t-il démêler le vrai du faux. ? Devinera-t-il toutes les turpitudes qui se trament derrière de tranquilles apparences ? Une seule chose est sûre : de tous les personnages, peu s'en sortiront indemnes !

 

   Un roman policier destiné aux plus jeunes ou à ceux moins coutumiers de ce genre de lecture. Les bons sentiments y ont la part belle.

 

Prix de vente : 13 euros

         

                                                               Pi couv en d autres thermes fonce page 001   

 

                               En d'autres thermes

 

Un producteur de télévision… Un ancien flic devenu enquêteur privé… Une artiste de cirque… De sages jeunes femmes employées aux thermes de Balaruc…

Aucun lien a priori entre toutes ces personnes. Jusqu'au moment où ces mêmes jeunes femmes se mettent à disparaître les unes après les autres. Sans parler de ces colis au contenu étrange parvenant dans les locaux du SRPJ de Montpellier.

On a souvent l'impression de bien connaître ceux qui nous sont proches. Cette certitude battra en brèche après la lecture de cet ouvrage. 

Bien malin qui saura démêler le vrai du faux…

 

 

              Prix de vente : 16 euros

                                                                      Bat couv annee des poissons page 001   

 

                 L'année des poissons aux treize lunes

 

   Un polar dans l'univers de l'Histoire. Un jeune couple se rend acquéreur d'une maison au centre-ville d'Agde. Voulant changer le parquet très usé, il découvre un manuscrit abandonné là par le premier propriétaire de la maison. À la lecture, ils découvrent que ledit manuscrit relate une série de meurtres commis sous la Révolution Française. Assez étrangement, ils s'aperçoivent d'une certaine résonnance entre ce qu'ils lisent et leur propre vie, comme si c'était la maison qui les avait choisis et non l'inverse.

 

               Prix de vente : 16 euros

       

                                                  Pi couv lachez chiens page 001

                                                     Lâchez les chiens !

 

 

Une sortie scolaire. Quoi de plus banal ? Sauf lorsque l’un des enfants ne remonte pas dans le bus avec ses petits camarades. On le pense égaré. On envisage une fugue du bout des lèvres.

La chose s’avère autrement plus complexe lorsque malinois et berger allemand des maîtres-chiens de la police perdent la trace de l’enfant au milieu de la forêt.

Sa trace… et celle de celui qui visiblement l’accompagnait.

L’affaire se complique encore quand on apprend qu’une tension certaine régnait entre les parents de l’enfant. La Brigade Criminelle se met en chasse sous la personne d’un binôme des plus anachroniques. À ce point atypique que leurs collègues les ont surnommés la Belle et la Bête.

 

 

                                                          Gohier tout hasard est un rendez vous couv 19 mm page 001                                                     

               Tout hasard est un rendez-vous

 

      

      La mer, ce matin-là, avait rejeté toutes sortes de choses, comme souvent lorsque le vent reste longtemps orienté au sud et que joue la musique de la houle.

 Des  millions et des millions de cadavres… plus un !

          De quoi troubler Laurent Gamelin, un marin-pêcheur atypique, revendiquant haut et fort son statut hors normes. Quarante ans plus tôt, il avait connu une certaine heure de gloire grâce à la publication d'un ouvrage relatant un exploit marin de jeunesse.

    Il ignorait pourtant, ce matin-là, en la voyant venir sur le ponton, que le passé revenait frapper à la porte.

Gohier cris pour ces ames couv 19 mm page 001

 

Les cris pour ces âmes

 

La saison touristique s’achevait sur le littoral héraultais. Pour le coup, cela tombait bien ! Car on découvrait de curieuses choses en mer. Des corps. Décapités ! Et la série se poursuivait à terre. De quoi mettre en tension la Brigade Criminelle.

D’autant qu’il ne s’agissait pas de morts banals. Les victimes étaient tous d’anciens membres d’un gang ayant sévi dans la région vingt ans plus tôt.

Vengeance tardive ? Nul ne pouvait le dire…

La Police Technique et Scientifique apportait son précieux concours. Mais l’enquête montait d’autant plus en tension qu’un vieil antagonisme opposait deux des enquêteurs. Les chiens étaient lâchés.

Qui pourrait les retenir ?

Une seule lettre vous manque...

Fleur photo couverture une seule lettre

Ludovic Guérin, capitaine de police à la PTS du SRPJ de Montpellier avait cru bien faire en se dévouant pour se rendre à la morgue. Des corps à identifier, il en avait vu défiler quelques-uns au cours de sa carrière. Il ignorait que cette louable démarche allait réveiller ses vieux démons… à peine assoupis. La morte, une jeune Lituanienne d’une éblouissante beauté, ne présentait aucun signe létal. Du moins en apparence.

Parce qu’en y regardant de plus près…

Pour compliquer un peu plus les choses, elle appartenait à une toute petite caste au monde.

Seulement une cinquantaine de personnes.

Découvrir l’affolante raison pour laquelle on l’avait tuée ne serait pas chose facile…

 

Prix de vente : 16 euros

 

 

 

                                                                                                                              OMMISSIONS

 

Dessin pour omissions 1 couverture

 

 

S’il avait su la galère dans laquelle le conduirait une simple démarche motivée par la curiosité… mais pas que, Antoine Rivoire ne se serait pas rendu à l’expo de peinture d’Elvire Caulerpa. Comment cependant demeurer sourd à l’appel du passé, aux sirènes de la jeunesse enfuie ? Surtout lorsque l’on songe qu’au grand cahier de l’existence il reste peut-être quelques belles pages à noiricir.

Et pour s’en noircir, il allait s’en noircir quelques-unes !

Des personnalités politiques de premier plan en feraient les frais. Antoine Rivoire menait l’enquête. Pas seul. Quoiqu’à bien y regarder… Les trajectoires croisées entre ses investigations et sa propre vie l’amèneraient au bord de l’abîme. Aurait-il la force de résister au vertige ?

 

Prix de vente : 16 euros

 

 

Éric GOHIER

On achève bien les pouletsDsc02628

Thriller

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Si la littérature avait été sa passion, c’est cette réflexion que se serait fait Albin en constatant la disparition de son capitaine de police. Un détail en particulier n’incitait pas à l’optimisme : une large tache de sang répandue dans l’entrée. Point de depart inquiétant d’une enquête au cours de laquelle vraies pistes et faux-semblants allaient jeter le trouble au sein de l’équipe de la Brigade Criminelle lancée à la recherche de son chef de groupe.

Quel événement du passé avait déclenché cette colère ?

C’est ce que tous les membres de la brigade allaient tenter de découvrir. Inutile de dire qu’ils ne devraient pas plaindre leur peine. Quelques surprises veillaient sur la route de la vérité.

Ce vingt-et-unième roman aborde un sujet grave. Quelques affaires ont récemment révélé tous les dangers encourus à fréquenter ceux nantis de pouvoir. Avant tout si ceux qui le détiennent en abusent pour servir leurs noirs desseins. Les souffrances vécues par les âmes tracassées des victimes sont ici abordées avec toute la compassion de l’auteur, sans verser dans le pathos. Il offre ainsi une piste de réflexion sur un sujet brûlant dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est longtemps demeuré sous le pesant éteignoir de l’immoralité.     

   

                                                                                             ISBN : 0791092075175

                                         

Prix de vente : 16 euros

 

 

                    Du côté des nouvelles

 

 

                                                        Pi couv des primees vol 1 page 001

 

   Des primées... mais plutôt fier de l'avoir été  Vol 1,2,3, 4, 5 et 6

 

Dans un monde parfait, personne ne perdrait son identité, chacun prendrait le temps de parler avec l'autre et les parallèles finiraient par se croiser.

Ces douze nouvelles, florilège des textes ayant obtenu le 1er Prix dans différents concours, tant en France qu'à l'étranger ne pourraient survivre dans un tel univers.

Chaque histoire est un voyage, plus ou moins long, dont on ne sort jamais indemne. Chaque récit est avant tout une exploration au cœur de l'âme humaine.

Vaste programme... !

À force de participer aux concours de nouvelles, j'ai connu la chance d'être de nombreuses fois primé.Suffisamment pour concocter ces trois recueils dont les textes ont pour trait commun d'avoir plu aux lecteurs des différents jurys.

Prix de vente : 15 euros

         Bat couv amours retrouvees page 001           Couverture les amours perdues page 001                                                  

          Les amours perdues & Les amours retrouvées

Une de perdue… dix de retrouvées…

Les mathématiques populaires ne s'embarrassent pas de fioritures pour résoudre les équations du cœur. Il serait appréciable que cela soit aussi simple dans la vraie vie.

Mais rien ne vient sans peine… de cœur !

  Deux recueils de nouvelles complémentaires. Il y a tant à dire sur l'amour !

Prix de vente : 15 euros

  

                                                      Bat couv l amer sans arret page 2

                  L'amer sans arrêt roulait ses galets

J'ai longtemps hésité pour le titre. Galets ou gars laids ? Au final, j'ai opté pour la première solution car dans ces seize récits qui possèdent tous la mer pour cadre commun la turpitude ne constitue pas un apanage essentiellement masculin.

Au gré des vents, au hasard des courants, le lecteur découvrira la face cachée de certaines choses, quelques vérités sur un domaine dont on en ignore bien plus que l'on en sait… un peu comme la nature humaine.

Avant tout cependant, il accompagnera quelques femmes et quelques hommes arpentant la route de leur destin. Un devenir conté sur un ton tour à tour drôle, dramatique, cruel, joyeux, critique, compatissant…

N'hésitez pas, embarquez… on finit toujours par rentrer à quai !

 

    J'ai été marin-pêcheur durant 20 ans. Cela laisse des traces. VDH, le grand navigateur a eu la gentillesse de me préfacer l'ouvrage.

Prix de vente : 15 euros

                                                                   Couverture la biche et les grands cerfs page 2

 

       La biche et les grands cerfs et autres démêlés policiers

    Rien ne prédisposait Cassandre à user ses  escarpins en rase campagne. Mais comment aurait-elle pu deviner que tant d'hommes, sans le vouloir,  se soient ligués pour lui pourrir l'existence ?              

Cette longue nouvelle constitue la colonne vertébrale du dernier recueil  de l'auteur de Couper les ponts. Pour l'occasion, celui-ci fait une intrusion très remarquée dans le domaine de l'humour.

Huit autres récits accompagnent ce texte. Leurs héros sont détectives privés, gendarmes ou policiers. Tous sont en quête de vérité.

Le lecteur est chaleureusement invité à les suivre dans leurs traques. Peut-être se montrera-t-il assez perspicace pour découvrir avant eux le nœud de l'intrigue ! Qui sait ?

Un recueil de nouvelles policières.

Prix de vente : 15 euros

                                                          Bat couv peches capitaux page 2

                                                                   Les péchés capitaux

            

On a tous entendu parler des péchés véniels et des péchés mortels. Plus rares cependant seraient ceux capables de citer les sept péchés capitaux. Ceux que l’on prétend à l’origine de tous les autres. Ne boudons pas notre plaisir et découvrons-les ensemble.

L’Orgueil, l’Avarice, la Luxure, l’Envie, la Gourmandise, la Colère et l’Acédie. Nul doute que le dernier péché cité interpelle.

Disons qu’on le réduit en général à la Paresse. Rien à voir cependant avec celle qui nous donne envie de traîner au lit. Il s’agit de l’expression du désintérêt pour la chose divine.

L’auteur s’est ici attaché à illustrer chaque péché par un texte et un personnage. Le lecteur découvrira qu’un péché bien cultivé peut effectivement donner vie à de nombreux autres.

De là à s’en émerveiller...

                                                              Prix : 15 euros

                                                     Bat couv salopes page 001

                 Salopes, enfoirés et autres ordures...

       

Drôle de titre… Accordé. Pourtant, à la lecture des douze textes qui composent ce recueil, il semble d’une telle évidence qu’il aurait été ridicule de céder aux sirènes du politiquement correct.

Pas vraiment le style de l’auteur d’ailleurs.

Même s’il invite parfois le lecteur à voter les circonstances atténuantes aux protagonistes.

Titre décapant donc. Mais justifié. Parce que des êtres dénués de tout scrupule, il en rôde quelques-uns au travers de ces pages. Des femmes, des hommes. Des jeunes, des vieux. Des en toute conscience. Des malgré eux. Des à cause de. Des parce que. Des c’est pas nous.

Car toutes et tous ces cumulards de défauts avancent une bonne excuse à leur abject comportement. On peine cependant à leur emboîter le pas. On trainerait même la patte.

Le lecteur pourra en juger par lui-même…

                                  Prix : 15 euros

                   Du côté de la poésie

                                                                           Couverture quelques mots comedia page 002

          Quelques mots sauvages apprivoisés le temps d'un bref espoir

La poésie est un genre littéraire devant lequel ne s'extasient que ceux aptes à voir de l'autre côté du miroir. Cette face où les reflets et les couleurs prennent une patine différente.

L'œil y découvre des traits insoupçonnés, des paysages sublimés, des caractères plus imaginaires que concrets. Elle est à l'écriture ce que pourrait être la peinture à la photographie : un monde impénétrable pour celui qui n'y adhère.

Elle tient bien sûr pour un art difficile dans lequel la bascule entre sublime et ridicule ne tient qu'à un fil. Le fil long et ténu d'une soie arachnéenne patiemment tissée par une araignée besogneuse.

On entre en poésie de la même manière, fortuite et intuitive, qu'on entre en religion. Non par goût ou désir mais sous le coup d'une impérieuse nécessité.

Un recueil de poèmes. Classiques pour la plupart. Parce que quand même, les alexandrins...

Prix de vente : 12 euros

          

                     Du côté des enfants

                                                         Pi couv les contes de la pleine lune 2019 page 001

                       Les contes de la pleine Lune

La Lune, cet astre parfois timide, parfois triomphant, est source d'inspiration. Il est ici proposé un recueil de quatre contes pour petits et grands au coeur desquels la lune en pleine forme tient le rôle principal; Il est joliment illustré par Michel ROMAN dont la qualité des dessins n'est plus à louer.

Quatre contes composent ce recueil :

                                       - Séraphin et le lapin de Lune

                                       - Les belles nuits du Père Doudou

                                              - La Lune et le loups

                                       - La forêt de Thoutalanver

Prix de vente : 10 euros

                                                                          Bat couv fleur lune page 2

            Fleur de Lune et le chien de maître Dhang

          

Jamais personne ne se risque à pénétrer au cœur  du Territoire Interdit. Les adultes interdisent même aux enfants de seulement s’en approcher. Cette mise en garde est presque superflue tant la réputation du Territoire Interdit fait naître la peur.

Ce jour-là pourtant, Fleur de Lune va braver l’interdit.  Non pas par désobéissance. Mais à cause de deux petites souris. Celles-ci, affamées, ont rongé la laisse du chien de Maître Dhang…

        

La traversée du Territoire Interdit sera l’occasion de rencontres aussi étonnantes qu’impressionnantes. À la poursuite du chien, Fleur de Lune s’alliera à un renard, à une belette, à un loup… et apprendra à pactiser avec tous les animaux peuplant cet univers ensorcelé.

Réussira-t-elle à triompher de toutes ces épreuves ? Évitera-t-elle la colère de Maître Dhang ? Quelle merveilleuse surprise l’attend au cœur de la forêt ?

Tout cela reste à découvrir…

Lecture conseillée aux enfants de 9 à 12 ans.

Prix : 12 euros

                                  

Dan

                                                        

 

 

     

    
 
  • Enfin un peu d'auto-promo !

    • Le 07/03/2011

       Je ne sais pas si cela se fait (en réalité je sais très bien que cela ne devrait pas se faire !) mais pour une fois, je ne ferai pas de publicité pour un ouvrage que j'ai lu ou que je viens de finir... bien que cela soit tout de même le cas. Enigmatique tout cela me direz-vous ! Certes, je vous l'accorde bien volontiers. La cause en est que l'ouvrage dont il est ici question est un livre dont j'ai participé à la correction de l'épreuve pour une raison bien évidente... je suis l'un des quatorze auteurs ayant eu la chance d'être choisis pour participer à ce recueil collectif. Enfin une édition à compte d'éditeur ! Le début de la fortune, terme pris ici dans son sens premier qui désigne la chance car avouons-le plaire aux lecteurs reste un sujet d'intense subjectivité.

        Voilà donc que l'on pourra trouver un de mes textes, une nouvelle bien sûr, domaine de prédilection, dans toutes les bonnes librairies... sans doute aussi dans les mauvaises !, et que les lecteurs intéressés pourront s'ils le préfèrent commander directement à cet homme de génie qui a accepté de nous publier, mes treize condisciples et moi, le responsable des éditions du Bord du Lot, installées à Villeneuve sur Lot... j'en connais un à qui cela va faire plaisir mais cela relève de la private joke comme disent les américains.

         Le quoi s'il vous plaît ? Ah oui ! Le titre ! On se demande bien où j'ai la tête ! C'est vrai que c'est important le titre, surtout si l'on a envie de commander le livre. Cela s'intitule donc : "Passe le temps". Sans chercher à tout prix à en faire une publicité éhontée, je recommande la lecture de ce recueil que j'ai trouvé d'une très agréable homogénéité dans la qualité des textes avec néanmoins un grand éclectisme de styles et de thèmes avec toutefois cette constance contenue dans le titre qui donnait le thème général du recueil : la fuite du temps. Chacun jugera par lui-même et il va sans dire que tous les commentaires seront les bienvenus.

    Lire la suite

  • Pourvu que le vent d'espoir n'accouche pas d'une brise !

     

     

     

     

     

               Actuellement, et on ne saurait mieux faire que de s'en réjouir, souffle un vent de liberté sur les peuples opprimés par des potentats forts de leurs assises acquises au cours des dernières décennies. Du Proche-Orient à l'Asie sans oublier l'Amérique du Sud, des hommes et des femmes se lèvent pour crier leur misère face à des pouvoirs qui les affament et les confinent à la misère tandis qu'eux-mêmes et leurs affidés croulent sous les richesses accumulées. Fortunes à ce point scandaleuses qu'il faudrait des générations et des générations de tyrans et dictateurs pour "espérer" en venir à bout. Nous ne pouvons que nous réjouir que chutent ces régimes que la plupart des états occidentaux ont contribué à maintenir en place car leur exercice du pouvoir par la force nécessitait les armes que nous leur vendions sans parler des obscurs pouvoirs protecteurs contre de fallacieuses craintes culto-intégristes que nous leur prêtions. Si l'on ne se réfère qu'au continent africain, 300 milliards de dollars sont consacrés chaque année aux budgets militaires des états lorsqu'on estime qu'un dixième de cette somme suffirait à éradiquer la famine et les maladies; ces chiffres n'appellent pas à commentaires !


               On sait toutefois la grande difficulté qui existe dans la substitution d'un pouvoir par un autre avec tous les espoirs que l'on place dans le fléau de la balance côté "ça ne pourra pas être pire !". L'Histoire, hélas, a démontré que ce n'était pas toujours le cas et que l'exercice du pouvoir peut autant tourner les têtes que l'argent qu'il draine dans son sillage. les exemples sont légion de révolutions prétendument populaires qui ont accouché de régimes aussi sanglants, voire plus, que ceux qui les avaient précédés. La Nature de l'Homme serait ainsi faite qu'Il brûle très vite ce qu'Il a adoré : ses semblables et les grandes idées progressistes. Souhaitons que les têtes qui tombent depuis quelques semaines soient rempacées par des polyvirats tels que les aimait Rome car on plus on croise les pouvoirs moins ils risquent de s'échapper.

             

            Mais puisqu'ici tout se lie par ce qui ce qui se lit, je voudrais, pour demeurer au coeur du sujet, faire l'apologie d'un ouvrage que j'ai achevé il y a peu et dans lequel j'ai ressenti une très grande force narratrice sur un sujet traité d'une manière particulièrement intelligente. Inutile bien sûr d'encenser la plume d'André Makine, déjà couronné par le prix Goncourt pour "Le testament français", j'axerai plus mes louanges sur le thème abordé et traité de remarquable façon. Un chef d'oeuvre de la littérature franco-russe que je recommande à tous ceux qui aiment les belles histoires d'amour... et leurs à-côtés tragiques : "La vie d'un homme inconnu".

    Lire la suite

  • Toute la folie russe à un prix dérisoire

     

     

     

     

     

         Afin de commencer l'année lecture en beauté, je vous engage à ne pas passer à côté d'un petit bijou d'un très jeune auteur russe Alexandre Ikonnikov. Parcourant les plaines de l'Oural à la Sibérie, sans oublier quelques haltes au coeur des grandes métropoles, il décline sur une cinquantaine de textes dans "Dernières nouvelles du bourbier" toute la gamme des sentiments et des ressentis avec un humour tellement décapant qu'il en devient corrosif. Impossible de ne pas éclater de rire devant une multitude de situations d'une incroyable loufoquerie narrée avec cette âme slave si présente au cœur de la narration. On y croise une intense auto-dérision noyée sous des litres de vodka et de bière. Ce recueil se lit en plus avec une facilité détonante, chaque texte ne s'étalant que sur trois ou quatre pages. Un livre indispensable à prendre avec soi, format poche très pratique pour un prix dérisoire en regard du dépaysement offert, pour lutter contre la morosité des embouteillages, des attentes en caisse, des abribus…

       A lire absolument... pour aider à se convaincre que nous ne sommes pas les plus malheureux même si cette certitude ne peut constituer en soi une consolation.

    Lire la suite

  • ouvroir de littérature potentielle

     

     

     

     

     

           L'Oulipo ou Ouvroir de la littérature potentielle est une forme de littérature dans laquelle se doivent d'être respectées certaines formes de contrainte que s'imposent eux-mêmes les auteurs. Georges Perec et Italo Calvino en sot les représentant les plus connus. Perec a par exemple écrit un livre de plus de trois cents pages "La disparition" sans utiliser la lettre "e". Calvino a rédigé un recueil de nouvelles "Si par une nuit d'hiver un voyageur" dans lequel des personnages se croisent et se recroisent de texte en texte et dont la conclusion se synthétise par une boucle dans l'intitulé de chacun des titres des textes. C'est à la fois une contrainte mais un espace de liberté à découvrir dans lequel peu de gens ont déjà pénétré. A chacun de s'établir ses propres contraintes. Je vous donne un exemple personnel ci-dessous d'un texte que j'ai rédigé en n'utilisant que la voyelle "e". A vous de jouer ensuite à en créer d'autres autour d'autres thèmes.

     

                   Oulipien

     

     

        L'événement est en tête des lettres de presse :

        L'enlèvement des élèves de Mers-el-Djebel.

        Le vent de désert cèle en ses ergs grèges

        En ces lents temps secrets le réel de l'ère.

        Les prêtres, verts, recherchent les élèves

        Et prennent en revers les mégères berbères;

        Elles serrent les lèvres et cèlent le secret

        De ce vers les élèves rêvent de se mêler.

        Le chef des prêtres jette pêle-mêle, le gel

        Et le léger, vers les bergères berbères

        Et tente de percer le recel des mégères…

        En perte sèche et lettre décédée.

     

        Entre temps, les élèves se resserrent

        En de secrètes ténèbres et le désert

        Dresse lentement ses éphémères regs

        Vers le célèbre céleste sélène.

     

        Lettre révélée, les prêtres lèvent le secret

        Et se jettent, célères, vers le désert en gel.

        L'Eternel, le frère, enlève légèrement le vent

        Vers les élèves et bêle le réel des prêtres.

     

        Les élèves se relèvent, sept cent mètres

        De prés éternellement verts, et se jettent

        Vers les jetées rebelles, enlèvent les vêtements

        Et se jettent en le rêve : en mer !

    Lire la suite

  • "Ce que le jour doit à la nuit"

     

     

     

     

     

          Je viens de terminer la lecture de "Ce que le jour doit à la nuit" de Yasmina Khadra et il serait dommage de passer à côté de cet auteur. En effet, aussi bizarre que cela puisse paraître, Yasmina est un homme puisqu'il écrit sous un pseudonyme. De son vrai nom, Mohamed Moulessehoul, fut durant un peu plus de trente ans officier dans l'armée algérienne et use donc de pseudonyme à ses débuts afin de traiter un thème qui lui est cher : la tolérance. Position délicate à assumer de par sa situation professionnelle.

         Auteur francophone des plus lus dans le monde, il aborde des sujets liés à la religion et les prosélytismes qui s'y rattachent souvent : "Les hirondelles de Kaboul", "Les sirènes de Bagdad" mais connaît un succès encore plus grand grâce à "Ce que le jour doit à la nuit", élu meilleur livre de l'année par le magazine Lire.  Dans ce roman, où l'auteur manie une langue châtiée empreinte de poésie, le lecteur découvrira la vie de Younès, alias Jonas, de 1930 à nos jours, dans une Algérie en recherche d'identité. Tous les sentiments explosent dans cet ouvrage, l'amitié, l'amour, l'honneur, d'autant qu'ils ont pour toile de fond un pays en crise tiraillé entre deux pans de son histoire. Lequel Younès choisira-t-il ? C'est là tout le drame de tout un peuple décrit sans concession quel que soit le camp observé et là se situe toute la justesse de l'auteur que l'on comprend avant tout tolérant, une faiblesse pour certains. Avec cette très belle phrase, certes connue, "Le souvenir des morts est le coeur des vivants".

         Pour l'anecdote, un de mes amis algériens m'a confié avoir vu l'auteur à la télévision nationale et jugé qu'il paraissait imbu de sa personne. Je lui accorde toute ma confiance mais devant la qualité de l'œuvre je pardonne volontiers à Yasmina Khadra ladite immodestie.

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Fritz Kolbe, un monsieur que l'on a justement tiré de l'ombre

            Un ouvrage très intéressant, et richement documenté, sur un côté largement passé inaperçu de la seconde guerre mondiale. Ce livre retrace le parcours d'un homme, petit fonctionnaire presque insignifiant au sein du ministère Allemand des Affaires Etrangères. Au péril de sa vie, et la lecture prouvera que ce n'est pas une simple expression, cet homme va œuvrer dans l'ombre pour faire passer aux armées alliées une somme considérable de documents confidentiels de la plus haute importance. Certains auraient même pu changer le cours de la guerre si en cette période trouble une méfiance excessive, mais sans doute raisonnable, n'avait retardé la prise en compte de la véracité des dits secrets d'état.

             Ce Fritz Kolbe se rendait assez souvent de l'Allemagne à la Suisse, en empruntant la voie ferroviaire, et s'ingéniait à dissimuler des documents de la plus haute importance car il rencontrait dans ce pays au comportement pour le moins trouble, des diplomates de toute nature, officielle ou secrète.

             Racontée sans recherche aventureuse, plus documentaire que roman, ce livre tente de montrer qu'au cœur du peuple allemand de nombreuses voix s'insurgeaient en silence contre la politique menée par Hitler. Fritz Kolbe a eu le courage, lui, de mettre en accord ses actes et ses pensées et c'est une bonne chose que l'auteur, Lucas Delattre, l'ait rappelé. les héros méritent qu'on les encense de quelque bord qu'ils soient.

     

     

     

     

     

            Un livre à lire absolument pour tous ceux qui aiment la justice.

    Lire la suite

  • L'oiseau bariolé

     

     

     

     

     

        Je voudrais vous parler d'un livre qui m'a marqué : "Loiseau bariolé "de Jerzy Kosinski. Cet ouvrage a été traduit en français en 1966 et narre l'histoire d'un petit garçon placé par ses parents dans la campagne d'un pays de l'Europe de l'Est durant la seconde guerre mondiale. Malheureusement pour lui, ce petit garçon est différent, le cheveu épais et brun au milieu de chevelures blondes, bohémien ou juif ? Un véritable calvaire va commencer pour lui de placement en placement, de fortune ou contraint. Tout au long du récit, on découvre que les vérités entendues ne sont peut-être pas si vraies en ce qui concerne la compassion du peuple polonais pour l'holocauste et son ignorance de la "solution finale".

          Ce roman est malgré tout très dur à lire. Scènes pénibles, agissements en marge de l'humanité, barbarie au quotidien. On réalise très vite que c'est une oeuvre de fiction sans cela le héros ne serait plus là pour témoigner ou alors aurait basculé dans la folie. C'est un ouvrage à désespérer de l'humain, à n'en voir que le côté sombre, le cerveau reptilien, dont on sort marqué, ému par les souffrances infligées à ce petit garçon juste en raison de sa différence. Avons-nous complètement grandis devant ce type de comportement ? Je demande à voir !

         Jerzy Kosinski, né en 1933, s'est suicidé en 1991. En lisant "L"oiseau bariolé" on devine que quelques souffrances intérieures le torturaient.

    Lire la suite

  • Si l'on n'y prend pas garde... !

     

     

     

     

            Je voudrais parler aujourd'hui d'un tout petit roman que je viens de terminer : "Mon vieux et moi" d'un auteur canadien, Pierre Gagnon. L'histoire se résume à peu de choses : un homme d'une soixantaine d'années, tout jeune retraité, souhaite donner un sens à sa vie et décide d'"adopter" un ami de sa tante récemment disparue., un jeune homme de quatre-vingt dix-huit ans. Il l'installe donc à son domicile et commence leur vie commune. Des hauts, des bas, des satisfactions, des angoisses, de grandes joies, des rires, des larmes. Le roman déroulé sur quatre-vingts pages (un peu court c'est vrai même si le livre ne coûte que neuf euros ) est un petit chef d'oeuvre d'humour et d'humeurs qui ne se gêne pas pour poser les vraies interrogations quant à la vieillesse. Curieuse idée en vérité que d'accueillir chez soi une source d'ennuis et de contraintes à un tournant de la vie où s'estompent les tracas habituellement engendrés par le travail.

             Mais c'est là bien sûr que le livre développe tout son intérêt car comme en toute chose inconvénient et avantage se marient pour dénoncer les travers d'une société oublieuse de ses anciens sans omettre tout l'apprentissage de la vie que l'on peut en tirer même lorsque l'on se compte dans le clan des sexagénaires. C'est l'heure des bilans, parfois douloureux, sur une certaine vacuité et sur le sens de la vie, le fameux "meaning of life" cher aux américains. Quoi en effet de plus cruel que d'avoir le sentiment d'avoir vécu pour peu, d'avoir fait si peu pour son prochain.

              Je ne dévoilerai bien sûr aucune des péripéties du livre, il y en a quelques unes !, car le réel intérêt de l'oeuvre est le questionnement de chacun sur lui-même qu'il peut générer. Mais un point important du sujet permet de rebondir sur l'actualité : le thème de l'oeuvre. La démarche du héros est volontariste, il décide par lui-même de lier son existence à un homme très âgé qu'il ne connaît au vrai que très peu. Mais, mais, si l'on persiste à réduire le train de vie des gens en général, et des personnes âgées en particulier en leur versant des pensions bien trop ridicules pour leur permettre de s'assumer financièrement on sera bientôt confrontés à un nouveau problème : que faire de ces vieillards sans ressources suffisantes ? Deux solutions paraissent évidentes : le placement en centres gériatriques aux frais de la communauté ( on peine à voir le bénéfice ) ou le placement en milieu familial contraint ( une forme d'"adoption" le côté volontaire en moins ). Ou encore... aussi... mais enfin... pas cool !... la petite injection discrète pour équilibrer les caisses, le principe des vases communicants quoi : remplir des caisses pour en vider d'autres. Mais je délire, personne ne pourrait avoir de telles idées. Quoique... quoique... comme se plaisait à répéter Raymond Devos.

           

    Lire la suite

  • Nous serions-nous trompés de civilisation ?

     

     

     

     

        J'ai lu récemment deux romans ayant pour thème commun les Indiens d'Amérique : "Le premier qui pleure a perdu" de Sherman Alexie et "La fille sauvage" de Jim Fergus. Deux ouvrages dont je recommande la lecture à la fois pour la qualité de l'écriture et l'intérêt intrinsèque de la narration. Le premier surfe sur la dérision et l'ironie tandis que le second est plus axé sur le remords et la désillusion. Tous deux restent néanmoins inspirés par la réalité puisque le livre de Sherman Alexie raconte son enfance douloureuse dans une réserve alors que celui de Jim Fergus mêle sous une trame romanesque des faits historiques replacés dans un contexte anthropologique grâce à l'imagination de l'auteur.

        L'un amuse, l'autre bouleverse. Les deux attristent par les drames qu'entraîne le choc entre deux civilisations dont l'une a oublié son ancestralité pour ne plus se souvenir que de sa volonté prosélyte de réduire au silence, par quelque moyen que ce soit, tout ce qui peut entraver sa marche en avant. C'est ainsi que les conquérants espagnols puis les pionniers américains anihileront en quelques siècles les cultures indiennes en les privant de leurs terres, de leurs croyances... et souvent de leurs vies.

        On ne peut naturellement que le regretter mais il n'est pas interdit aujourd'hui de se demander si l'Histoire a servi de leçon. Vouloir asservir les minorités ou les soumettre au silence, voire souhaiter qu'elles disparaissent ,demeure malheureusement d'actualité. De par le monde, beaucoup d'"Indiens" modernes subissent des pressions car ils dérangent par leurs différences. Peut-être serait-il enfin temps de se souvenir qu'une "démocratie" est une forme de gouvernance dans laquelle les minorités ne sont ni exploitées ni exterminées ni réduites au silence. On est loin du compte !

    Lire la suite

  • On cherche à prendre du temps sur la lecture !

       

     

         Si l'on y prend pas garde, nous disposerons de moins en moins de temps à consacrer à la lecture. En effet, hormis les personnes qui ont plaisir à lire dans les transports en commun tout en se rendant sur le lieu de travail, la majorité des personnes passionnées de littérature, ou de lecture, préfèrent s'adonner à cette activité dans une chilienne, un fauteuil, dans un pré ou à la plage. Tous lieux que l'on a guère "loisir" de fréquenter lors des journées de travail. Hors, si l'on accepte que l'âge de départ à la retraite soit reculé de deux ans, méfions-nous de ne pas reculer pour mieux sauter on nous a déjà fait ce coup là, on accepte d'un même élan d'être privé du plaisir de lire un nombre conséquent d'ouvrages ( rappelons-nous un précédent billet de ce même blog mettant en relation lecture et bonne santé ). Serait-ce à dire que nos dirigeants voudraient voir notre santé dépérir et nous voir du même coup vivre plus longtemps mais plus malades et donc des boulets financiers pour la Sécurité Sociale ? Je souhaite me tromper !

        Et si, pour remettre les caisses à flots et les comptes dans le vert, on allait chercher les solutions dans quelques ouvrages très intéressants qui relatent de la bonne répartition des richesses produites par la classe ouvrière de notre beau pays ( Frédéric Lordon ou Rodney Schmidt par exemple) on ne manquera pas de s'étonner que soit dans la souffrance un pays dont la capacité de production a doublé en vingt ans... aurait-on raté à un moment donné la juste répartition des richesses ? Ou les financiers craindraient-ils tant que la lecture nous donne ce goût pour l'orientation vers une société plus humaine, moins mercantile et moins consumériste, cette société qui leur fait tellement peur car elle ne participe pas du tout à l'enrichissement de quelques uns au détriment de l'immense masse des autres.

         Alors je vous le dis, si comme moi vous aimez lire, refusez que l'on vous spolie de deux ans de lecture pour le seul plaisir de permettre à une infime minorité d'égoistes de rajouter quelques lignes à leur compte en banque tellement déjà en surpoids.

    Lire la suite

Vous êtes le 446349ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 02/04/2022